Accéder au contenu principal

Présidentielle en Côte d'Ivoire: Kouadio Konan Bertin ne rejoint pas l'appel de l'opposition

Kouadio Konan Bertin était déjà candidat à la présidentielle ivoirienne en 2015. Ici, lors d'un meeting à Abidjan, le 22 octobre 2015.
Kouadio Konan Bertin était déjà candidat à la présidentielle ivoirienne en 2015. Ici, lors d'un meeting à Abidjan, le 22 octobre 2015. ISSOUF SANOGO / AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Les rangs du front commun de l’opposition à la candidature d’Alassane Ouattara à un troisième mandat ne cessent de grossir. L’opposition ivoirienne appelle à la mobilisation. Le candidat du PDCI, Henri Konan Bédié, a même appelé à la désobéissance civile. Un autre candidat de l’opposition, Pascal Affi N’Guessan, a, lui, rejoint le mouvement ce mardi 22 septembre. Quant au quatrième candidat, Kouadio Konan Bertin, il reste en dehors.

Publicité

Avec notre correspondant à Abidjan, Pierre Pinto

Ce front commun regroupait déjà les partisans du candidat Henri Konan Bédié et ceux des recalés comme Guillaume Soro, Laurent Gbagbo, Albert Toikeusse Mabri ou Mamadou Koulibaly, entre autres. Il a été rejoint par le candidat du FPI, Pascal Affi N’Guessan, après coup.

Mais le quatrième prétendant retenu par le Conseil constitutionnel, Kouadio Konan Bertin, dit KKB, reste en dehors de ce qu’il appelle une « aventure ». « D’abord, je n’ai pas été associé ni convié », confie-t-il à RFI. « La Côte d’Ivoire a besoin de paix. Je ne participe pas à ce qui divise la Côte d’Ivoire. Je ne cautionne pas ce genre d’aventure », ajoute le dissident PDCI.

Dans l’opposition, beaucoup l’accusent d’être le sparring-partner d’Alassane Ouattara, voire d’être de mèche avec lui pour grignoter l’électorat PDCI. « Ce sont les propos de ceux qui choisissent une logique de diabolisation pour vilipender une candidature », se défend-il.

« Pourquoi inscrire encore la Côte d’Ivoire dans cette spirale ? »

À 51 ans, KKB, ancien leader de la jeunesse PDCI, qui se pose toujours en candidat des jeunes, l’assure : il participera au scrutin du 31 octobre. « Mais si on ne veut pas d’élection, qu’est-ce qu’on propose d’autres aux Ivoiriens ? Pourquoi inscrire encore la Côte d’Ivoire dans cette spirale ? Depuis 2000, on est dans cette logique. »

KKB donne rendez-vous à ses partisans le 4 octobre au Palais de la culture de Treichville pour son investiture.

À lire aussi : Présidentielle en Côte d’Ivoire: Kouadio Konan Bertin candidat à la candidature au PDCI

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.