Accéder au contenu principal

RDC: les appels à la haine tribale se multiplient dans les médias

L'ancien gouverneur du Katanga, Gabriel Kyungu wa Kumwanza, président de l'UNAFEC (l'Union nationale des fédéralistes du Congo), le 23 mai 2016 à Lumumbashi, dans le sud de la RDC.
L'ancien gouverneur du Katanga, Gabriel Kyungu wa Kumwanza, président de l'UNAFEC (l'Union nationale des fédéralistes du Congo), le 23 mai 2016 à Lumumbashi, dans le sud de la RDC. JUNIOR KANNAH / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le phénomène inquiète les institutions et les ONG. Le gouvernement a même dénoncé ce comportement qui est affiché par des acteurs politiques et des leaders sociaux. La Voix des Sans Voix a programmé une campagne pour combattre cet état d'esprit.

Publicité

Avec notre correspondant à Kinshasa, Kamanda wa Kamanda Muzembé

« Toute personne qui tiendrait des discours de haine tribale ou autres, se verrait interdite de passage dans les médias », a mis en garde le conseil supérieur de la communication. Selon l'institution d'appui à la démocratie, les discours de haine tribale ont ressurgi dans le pays depuis un peu plus d’un an.

Récemment, les propos du député FCC Kabange Numbi Félix ont choqué certaines ONG des droits de l'homme. « Chacun a un chez soi. Ici, dans l'espace Katanga, c'est chez Joseph Kabila », a lancé l'ancien ministre de la Santé, avant de mettre en garde les non originaires de l'ex-Katanga qui se mettraient à « injurier l'ex-président ».

Pour ces propos, le président de l'ASADHO, Jean-Claude Katende a saisi la justice la semaine dernière sur des « déclarations à connotation tribale et xénophobe ».

Épuration ethnique des années 1990 au Katanga

Gabriel Kyungu wa Kumwanza, leader politique originaire du Katanga, a répliqué contre ce discours qu'il juge ségrégationniste. Pour lui, un tel discours nuit à l'unité nationale. « Partout au Congo, le Congolais est chez lui », a affirmé le président de l'Unafec, avant de demander pardon pour l'épuration ethnique, dont il avait été l'un des animateurs dans les années 1990.

De son côté, la Voix des Sans Voix préconise une campagne d'éducation pour la paix.

À lire aussi : RDC: l’ONU met en garde les auteurs d’appels à la haine

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.