Accéder au contenu principal

Gabon: la première phase des travaux de la Transgabonaise est lancée

Rose Christiane Ossouka Raponda la Première ministre gabonaise ici en septembre 2018, a inauguré la première phase des travaux de la Transgabonaise.
Rose Christiane Ossouka Raponda la Première ministre gabonaise ici en septembre 2018, a inauguré la première phase des travaux de la Transgabonaise. Joel TATOU / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La Première ministre, Rose Christiane Ossouka Raponda, a lancé vendredi 25 septembre la première phase des travaux d’une route économique qui traversera le pays de l’ouest au sud-est. Baptisée la Transgabonaise, cette voie qui sera construite dans le cadre d’un partenariat public-privé facilitera les transactions économiques entre le Gabon et ses pays voisins comme le Cameroun, la Guinée équatoriale et le Congo-Brazzaville. 

Publicité

Avec notre correspondant à Libreville, Yves-Laurent Goma

Sur le bord de la route, la population déborde de joie. Elle est pourtant aux portes de Libreville, mais l’état actuel de la route est chaotique. « Merci à madame la Première ministre, car il y a à peine un mois, elle nous a dit : "le chef de l’État a demandé d’aller très vite, très vite, mais très vite !", et ce matin, elle nous l'a encore prouvé », lance Alain Valery Bourobou Boussamba, le député du département du Komo Kango.

La Transgabonaise traversera six des neuf provinces du Gabon sur 828 kilomètres. Plusieurs tronçons sont déjà bitumés. La Première ministre a annoncé il y a un mois à l’Assemblée nationale que le chantier serait achevé en 2023.

Les députés de l’opposition ont émis des réserves mais Rose Christiane Ossouka Raponda persiste. « Le chef de l’État a dit : "ce projet ira jusqu’en 2023". Il l’a dit. Ce qui veut dire que le gouvernement va suivre pas à pas tout ce qui sera fait autour de cette construction-là », a-t-elle insisté.

2023 marquera la fin du second septennat d’Ali Bongoinitiateur de la Transgabonaise. L’échec du projet pourrait servir d’argument électoral pour ses opposants. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.