Accéder au contenu principal

Congo-B: la grève des postes contrarie les services de transferts d'argent et de colis

Une vue de Brazzaville (Photo d'illustration)
Une vue de Brazzaville (Photo d'illustration) ©creative commons/ODILRAK91
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Revendiquant les meilleures conditions de travail, les agents de la Société des postes et de l’épargne du Congo (SOPECO) entament ce mardi 29 septembre la deuxième semaine de leur grève générale illimitée qui paralyse notamment les services de transferts d’argent, de réception et d’envoi des colis.

Publicité

Avec notre correspondant à Brazzaville, Loïcia Martial

« Grève générale illimitée, restez chez vous ! » Ces écrits affichés sur toutes les entrées des services postaux, bien cadenassées, accueillent les usagers comme Ulrich Malonga qui ne peut retirer l’argent qui lui a été envoyé de l’étranger dans cette agence logée dans la recette principale de la poste. « Il n’y a plus de possibilité que je reçoive l’argent parce que la poste a fermé. Moneygram ne travaille pas non plus, cette agence dépend de la poste qui est fermée. Donc, Moneygram ne peut pas travailler. Cela nous empêche de faire les envois et les retraits », se plaint M. Malonga.

Habillée dans un ensemble jeans, Choisie Mbongo a perdu son sourire dès qu’elle est arrivée devant la grande poste. « Je suis venue pour retirer mon colis. Mais, là tout est fermé. Je suis vraiment triste et très déçue de voir que c’est fermé parce que j’ai un colis qui provient de la France », se lamente Mademoiselle Mbongo.

Plus de 260 agents de la SOPECO à travers le pays ont déclenché cette grève générale illimitée pour revendiquer les meilleures conditions de travail. « Notre cahier de revendications porte sur un peu de tout, notamment le paiement de salaires qui viennent à compte-gouttes parce qu’aujourd’hui le travailleur de la SOPECO vit dans la misère », dénonce Steal Gabio, porte-parole de l’Intersyndicale.

Le mouvement de grève a été décidé après l’échec des négociations avec le ministère de tutelle. Les grévistes appellent à l’arbitrage du Premier ministre.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.