Accéder au contenu principal

L'opposition appelle les Tchadiens à s'inscrire massivement sur les listes électorales

Des employés procédant au dépouillement des votes dans un bureau de vote à N'Djamena, le 10 avril 2016.
Des employés procédant au dépouillement des votes dans un bureau de vote à N'Djamena, le 10 avril 2016. ISSOUF SANOGO / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Au Tchad, le débat sur les prochaines élections prévues pour 2021 commence à voir le jour. À la veille du démarrage de la révision des listes électorales par la Commission électorale nationale indépendante, l’opposition invite les Tchadiens à s’inscrire massivement sur les listes. Mais pour diverses raisons.

Publicité

De notre correspondant à Ndjamena, Madjiasra Nako

La révision des listes électorales pour l'élection présidentielle commence ce jeudi 1er octobre et le leader des Transformateurs, Masra Succès, invite tous les Tchadiens qui n’ont pas encore de carte d’électeurs à se doter de ce qu’il appelle une « arme de transformation massive »: « Il est indispensable d’avoir sa carte d’électeurs qui est une arme dans les mains de chaque citoyen. C’est cette arme qu’il va utiliser pour mettre le bulletin dans l’urne. »

Selon lui, chaque Tchadien doit pouvoir faire exercer ses droits électoraux. « Il faut être capable d’aller voter, d’aller contrôler les résultats de vote, de s’assurer que toutes les conditions de transparence sont réunies. C’est pour ça que je dis aux Tchadiens : "commencer par avoir votre carte d’électeur en allant vous faire enregistrer massivement du 1er au 20 octobre" », ajoute-t-il.

Un « boycott intelligent »

Dans le même camp de l’opposition, le président de l’Union des démocrates pour le développement et le progrès, Max Kemkoi, invite lui aussi les Tchadiens à s’inscrire massivement, mais pour une toute autre raison. De son côté, il promeut un « boycott intelligent ».

« Le jour du scrutin, allez et investissez tous les bureaux de vote pour voter. Et en votant, ne choisissez pas un seul candidat mais votez pour tous les candidats figurant sur le bulletin de vote, ainsi vous rendrez nuls tous les bulletins de vote et vous rendrez nulle l’élection », explique-t-il.

L’élection présidentielle est prévue pour avril 2021 et les législatives quelques mois plus tard. D’ici là, le « forum inclusif » doit examiner l’actuelle Constitution pour éventuellement remettre en cause le calendrier électoral.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.