Madagascar: le militant écologiste Raleva fait de nouveau face à la justice

(illustration) Le site de la mine d'Ambatovy à Madagascar.
(illustration) Le site de la mine d'Ambatovy à Madagascar. Photo: ambatovy.com

À Madagascar, la société civile tire la sonnette d’alarme. Le militant écologiste Raleva doit comparaître ce vendredi 2 octobre devant le procureur de la République de Mananjary, commune située sur la côte Est de l’île. L’homme a participé à une manifestation de la population locale, le 1er septembre dernier pour protester contre les activités aurifères d’une société chinoise. Les associations environnementales s’inquiètent des conséquences possibles de cette convocation.

Publicité

De notre correspondante à Antananarivo, Laure Verneau

Le militant écologiste Raleva est convoqué ce vendredi 2 octobre par la gendarmerie nationale avec trois autres personnes. Présent lors de la manifestation des populations locales le 1er septembre, il demandait l’arrêt des activités de la société chinoise Mac Lai Sime Gianna (M.L.S.G.) qui fait de l’exploitation aurifère depuis 2013.

L’homme accuse l’entreprise de détruire les ressources naturelles à cause de son activité extractive. La société civile veut alerter sur cette convocation puisque ce n’est pas la première fois que le militant est inquiété

Il y a trois ans, rappellent les organisations dans un communiqué, Raleva avait été mis en détention préventive et condamné à deux ans d'emprisonnement avec sursis parce qu'il avait osé demander à voir les papiers officiels autorisant la société chinoise à reprendre son exploitation de l’or. Exploitation arrêtée auparavant par le chef de région dans la commune de Vohilava. Raleva avait alors été reconnu comme prisonnier de conscience par Amnesty International, et libéré après 23 jours de détention.

À lire aussiÀ Madagascar, la société civile se réunit à propos de la révision code minier 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail