Accéder au contenu principal

Guinée: l’ONG «Tournons la page» porte plainte contre les autorités devant la CPI

Siège de la Cour Pénale Internationale à La Haye.
Siège de la Cour Pénale Internationale à La Haye. Wikipédia
Texte par : RFI Suivre
3 mn

L’organisation « Tournons la page » dépose ce lundi un « signalement » (l’équivalent en droit français d’une plainte) auprès de la Cour pénale internationale (CPI) contre l’État de la Guinée. Ce signalement pointe du doigt une série de faits, qui se sont déroulés entre avril 2019 et mars 2020 et qui relèveraient de crimes contre l’humanité et en particulier « d’actes sous-jacents de meurtre et d’emprisonnement ».

Publicité

Ce sont, majoritairement, des faits qui ont eu lieu en marge de certaines manifestations qui avaient lieu en contestation du pouvoir en place, notamment vis-à-vis de l’élection à venir. Et donc, au cours de ces manifestations, il y a eu des incidents qui, notamment, concernaient des arrestations préventives à l’encontre des organisateurs et leaders de la contestation politique. Il y a eu un usage systématique de la violence par les forces de défense et de sécurité, selon les personnes qui étaient sur place et celles qui en ont été victimes. Il y a également des arrestations et disparitions forcées de manifestants et de jeunes, à proximité des quartiers qui étaient réputés proches de l’opposition. Voilà un certain nombre d’incidents qui peuvent recouvrir la qualification de crimes contre l’humanité.

Me Elise Le Gall, avocate au Barreau de Paris et conseil de l’ONG Tournons la page

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.