Accéder au contenu principal

La grève des services des impôts et du Trésor fragilise le Gabon

Au Gabon, les cargaisons restent bloquées au port suite à la grève des douaniers (Photo d'illustration).
Au Gabon, les cargaisons restent bloquées au port suite à la grève des douaniers (Photo d'illustration). XAVIER BOURGOIS / AFP
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Les agents gabonais de la Douane, des impôts, du pétrole et du trésor public sont en grève générale illimitée, depuis près de 3 mois. Ils réclament le paiement des primes, mais aussi le dépoussiérage des fichiers pour démasquer les agents fantômes payés à coup de milliards de FCFA par mois. Il y a certes un service minimum, mais les pertes quotidiennes deviennent trop importantes.

Publicité

Avec notre correspondant à Libreville, Yves-Laurent Goma

Un groupe de syndicats, qui se disent être la 3e voie, demande au gouvernement et aux autres syndicats de cesser le bras de fer et de revenir sur la table de négociations pour sauver le pays. L’appel du groupement syndical des agents de l’Économie, du budget et du pétrole résulte d’un constat alarmant. La grève engendre des pertes énormes. Les recettes publiques se réduisent en peau de chagrin.

Faire des compromis

Célestin Essono, président du groupement s'inquiète : « la sortie des conteneurs au port est bloquée. La collecte des fonds publics de l’État va au ralenti. La conséquence logique est l’agonie dans laquelle se trouve notre économie. » C’est fort de ce constat que le groupement demande aux autres syndicats et au ministre de l’Économie de mettre un peu d’eau dans leur vin : « Nous proposons : le Gabon d’abord et la mise de côté de l’ego. Il faut un élan patriotique pour l’espoir d’une sortie de crise sans délai. »

Nous sommes ouverts au dialogue, mais les négociations ne sont pas bloquées par la fédération des collecteurs d’impôts et taxes, se défend Sylvain Ombinda Talewa III, porte-parole de ce mouvement accusé d’être trop radical : « Personne n’a à gagner à être radical. Les pertes sont sèches et abyssales. C’est à l’administration d’ouvrir des négociations. »

« Nous saluons l’élan patriotique des syndicats qui font preuve de réalisme en tenant compte de la situation difficile que le pays traverse », a réagi de son côté le ministère de l’Économie sans toutefois fixer une date de reprise des négociations.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.