Accéder au contenu principal

RDC: qu'en est-il de l'insécurité à Lubumbashi

(illustration) Une rue de Lubumbashi, dans la province du Haut-Katanga.
(illustration) Une rue de Lubumbashi, dans la province du Haut-Katanga. JUNIOR KANNAH / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La police assure que durant les sept derniers mois le taux de criminalité a baissé grâce au renforcement des patrouilles et à la collaboration de la population. Mais la société civile a un avis contraire. Pour elle, l’insécurité est toujours persistante à Lubumbashi. Chaque jour, elle enregistre des cas de cambriolages, accompagnés parfois de meurtre et de viol. 

Publicité

avec notre correspondante à Lubumbashi, Denise Mahého

Pour le commissaire provincial de la police dans le Haut Katanga, la criminalité à Lubumbashi est réduite de moitié par rapport à l’an dernier. Par exemple, les cas de vol à main armée sont passés de 499 à 205 cette année ; seuls 97 cas de viol sont enregistrés contre 169 l’an dernier. 

« Le résultat repose plus sur le partenariat police-population, explique le général Louis Secong Karawa. Nous avons procédé à plusieurs arrestations, des civils, des policiers, des militaires. Et la majorité d’entre eux ont été déférés devant la justice ».

La société civile du Haut-Katanga elle, n’est pas de cet avis. Son rapport d’août dernier indique que depuis le début de l’année plus de 2.700 cas de vol à main armée ont été rapportés pour la seule ville de Lubumbashi et plus de 400 cas de viol et 96 meurtres.

« Pour le 1er semestre, nous sommes arrivés à 4417 cas ; nous avons enregistré des crimes allant du vol simple au vol avec une arme jusqu'à l'assassinat. Les écarts relèvent peut-être de la (volonté) du commissaire principal de la police de ne pas créer de la psychose. » Mais minimiser les faits entraîne une baisse de la collaboration de la population, conclut Jeff Mbiyaun des responsables de la société civile.

La société civile reste préoccupée par l’insécurité à Lubumbashi. Ce lundi 11 octobre, un homme a été abattu à son domicile au quartier Kigoma par des bandits armés.

À lire aussi des cas de viols rapportés à la prison de Lubumbashi 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.