Accéder au contenu principal

Nigeria: la nouvelle unité de police peine à convaincre, la mobilisation se poursuit

Des manifestants portent des pancartes lors d'une mobilisation contre les violences policières, à Lagos, le 14 octobre 2020.
Des manifestants portent des pancartes lors d'une mobilisation contre les violences policières, à Lagos, le 14 octobre 2020. REUTERS/Temilade Adelaja
Texte par : RFI Suivre
2 mn

L'annonce par le gouvernement lundi d'une réforme de la police n'a pas fait faiblir le mouvement contre les violences policières. Les jeunes étaient de nouveau dans la rue ce mercredi à Lagos, à Abuja. Dans la capitale fédérale, des accrochages ont eu lieu mercredi, pour la deuxième journée consécutive. La brigade anti-braquage SARS, dans le viseur des manifestants, a été remplacée en début de semaine par une nouvelle unité tactique, baptisée SWAT. Sans convaincre les manifestants.

Publicité

Avec notre correspondante à Lagos, Liza Fabbian

Pour montrer que les choses bouges, les autorités nigérianes ont diffusé la vidéo d’une entrevue entre le président Muhammadu Buhari et le gouverneur de l’État de Lagos, venu lui présenter les demandes des manifestants.

Le gouverneur Babjide Sanwo-Olu en a profité pour saluer les réformes engagées par le chef de la police nigériane : « L’inspecteur général de la police travaille pour que les policiers puissent subir des examens médicaux et psychologiques, et s’ils sont aptes, ils seront redéployés dans cette nouvelle unité SWAT. Donc tout se passe bien. »

Mais la nouvelle unité présentée par les autorités peine à convaincre. Aisha Yusuf, l’une des figures du mouvement de protestation à Abuja a appelé à la poursuite de la mobilisation. « Que le gouvernement nous soumette un plan d’exécution, avec des précisions sur ce qu’ils vont faire et à quelles échéances. Comme ça nous saurons s’ils agissent. Un calendrier ! C’est ça le plus important. »

Ce mercredi, des jeunes armés de bâtons et de couteaux ont attaqué les protestataires qui défilaient dans la capitale fédérale nigérianes et détruit plusieurs de leurs voitures.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.