Accéder au contenu principal

RD Congo: les enseignants débutent leur mouvement de grève

Des élèves dans la cour de l'école technique et commerciale à Kinshasa. (Illustration).
Des élèves dans la cour de l'école technique et commerciale à Kinshasa. (Illustration). Arsene Mpiana / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En RDC, les enseignants membres du Syndicat des enseignants du Congo (SYECO) et ceux affiliés au Syndicat national des enseignants catholiques (SYNECAT) ont débuté leur mouvement de grève. Ils exigent l’amélioration de leurs conditions salariales. Ils soupçonnent également la présence de plusieurs dizaines de milliers d’enseignants fictifs dans les listes de paie. Après des promesses faites notamment par le président de la République, la situation n’évolue pas. Ce lundi, entre les enseignants qui ont répondu favorablement à l’appel à la grève et ceux qui ont travaillé normalement, les demandes sont les mêmes.

Publicité

Avec notre correspondant à Kinshasa,  Patient Ligodi

Dix heures au lycée Bosangani, dans la commune de la Gombe. Les classes sont vides et la cour remplie d’élèves qui attendent leurs parents. Ici, les enseignants respectent le mot d’ordre de grève. Anne est venue récupérer ses deux enfants. « On a dit que c’est pour deux jours. On va voir après comment ça va évoluer. »

Un peu plus loin, à l’école primaire de la gare. Tout fonctionne normalement. Jean-Pierre enseigne depuis 1979. Les années passent et sa situation n’évolue pas. Bien au contraire. « J’ai le même salaire que celui qui vient d’être engagé. Le même salaire ! Un enfant qui arrive aujourd’hui a le même salaire que moi qui ai commencé depuis longtemps », s’insurge l’enseignant.

Aujourd’hui, avec la gratuité de l’enseignement primaire décrétée par le gouvernement, il y a plus d’élèves dans les salles de classe et le travail de Jean-Pierre devient de plus en plus difficile. « L’année passée, il y avait moins d’élèves en termes d’effectif, quelque 43 élèves. Cette année, j’en ai 70, presque le double. »

Pendant ce temps, les syndicalistes organisent un sit-in devant le cabinet du ministre de l’Enseignement primaire. « Ces deux jours s’appellent ‘’deux jours école morte’’ », lance un manifestant.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.