Accéder au contenu principal

Libye: l'ONU «assez optimiste» sur un cessez-le-feu durable après une série d'accords

Une vue générale, à Genève, de la salle de discussions entres les deux factions libyennes rivales.
Une vue générale, à Genève, de la salle de discussions entres les deux factions libyennes rivales. Fabrice Coffrini/Pool via REUTERS
Texte par : RFI Suivre
2 mn

C’est une grande avancée dans les discussions militaires conjointes à Genève, deux jours après le début d’une rencontre en face à face entre les représentants de deux parties en lutte en Libye : le gouvernement d’union nationale (Tripoli) et l’Armée nationale libyenne (Benghazi). Des accords ont été trouvés pour résoudre la situation très difficile des populations civiles.

Publicité

C’est un accord en six points concrets qui, une fois appliquée, devrait rendre le quotidien des Libyens moins difficile. Ces points ont été actés dans une conférence de presse donnée ce mercredi 21 octobre, à Genève, par Stéphanie Williams, la cheffe de la Manul, la mission onusienne, qui s’est déclarée « assez optimiste » sur « les possibilités d’un cessez le feu durable ».

Il s’agit de rouvrir, dans un premier temps, les principales routes terrestres entre les différentes villes du pays, fermées depuis un an et demi. Des arrangements sécuritaires seront appliqués pour faciliter le déplacement des personnes et des marchandises, surtout vers l’Est et le Sud libyens. Certaines voies de transport aériennes, surtout vers Sebha dans le Sud, pourraient alors aussi rouvrir.

Force commune

Les deux parties s’accordent également pour mettre fin à « l’incitation à la violence » et au « discours de la haine » dans les médias et sur les réseaux sociaux. Des décisions qui s’accompagnent de la formation de deux comités pour libérer les détenus de la guerre.

En ce qui concerne le secteur pétrolier, les deux parties sont d’accord pour nommer un responsable qui coordonne le travail entre l’Est et l’Ouest libyen afin de garantir la continuité de la production. La formation d’une force commune chargée de la sécurité des terminaux pétroliers a été également discutée.

Enfin les deux parties continuent les discussions sur les questions sécuritaires autour de Syrte afin d’avancer sur un accord global de cessez-le-feu.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.