Accéder au contenu principal

Guinée: une mission diplomatique internationale pour désamorcer les tensions

Militaires postés dans le quartier de Gnariwada en proche banlieue de Conakry, le samedi 24 octobre 2020.
Militaires postés dans le quartier de Gnariwada en proche banlieue de Conakry, le samedi 24 octobre 2020. Carol Valade/RFI
Texte par : RFI Suivre
8 mn

En Guinée, alors que la Céni vient de proclamer Alpha Condé vainqueur de l’élection présidentielle dès le premier tour avec 59,51% des voix, au moins trois nouvelles personnes ont perdu la vie dans des affrontements samedi, ce qui porte à dix-huit morts le bilan des violences post-électorales depuis le scrutin de dimanche dernier. Il pourrait être bien plus lourd, l’opposition dénombre, elle, une trentaine de victimes. Face à la situation, une « mission de diplomatie préventive » est arrivée à Conakry pour tenter d’apaiser les tensions.

Publicité

Avec notre correspondant à Conakry,  Carol Valade, et notre envoyée spéciale, Charlotte Idrac

Des émissaires de l'ONU, de l'Union africaine (UA) et de la Communauté de développement de l'Afrique de l'ouest (Cédéao) sont arrivés dimanche en Guinée, après les violences liées à la réélection contestée du président Alpha Condé, a indiqué le ministre guinéen des Affaires étrangères. Parmi eux, le président de la Commission de la Cédéao Jean-Claude Kassi Brou et Mohamed Ibn Chambas pour les Nations unies.

En deux jours, elle a pour mission d’apaiser les tensions alors que le principal opposant Cellou Dalein Diallo, crédité de 33,50% des voix par la Céni, ne reconnait pas les résultats de l’élection qu’il estime avoir remportée.

Il dénonce l’« indifférence coupable » de la part de la communauté internationale. « La répression sauvage en Guinée n’a jamais été condamnée » affirme-t-il. L’UFDG compte donc déposer un recours auprès de la Cour constitutionnelle en présentant les copies des procès-verbaux en sa possession, mais sans se faire trop d’illusion, dit son leader. Celui-ci en appelle donc à la rue, soutenu par
le FNDC qui appelle à de nouvelles manifestations ce lundi.

Cellou Dallein Diallo

Trois morts en marge de l'annonce des résultats

C’est au palais du peuple, placé sous haute sécurité, que le président de la Commission électorale a déclaré la victoire d’Alpha Condé. Dans la salle, les partisans du président sortant applaudissent. Pour eux, c’est le « coup KO » espéré.

Ambiance dans les deux camps à l'annonce des résultats

À l’extérieur, des militants du RPG Arc-en-Ciel ont revêtu leurs t-shirts et casquettes jaunes, aux couleurs du parti, mais pas de grand rassemblement.

Dansa Kourouma, président du Conseil national des organisations de la société civile guinéenne salue le bon déroulé de l’élection et appelle l’opposition à user des recours légaux pour faire entendre ses revendications.

Nous avons constaté que malgré l'environnement pré-électoral émaillé de violences, de tensions et d'angoisses, le peuple guinéen a bravé la peur pour voter massivement et ce sur toute l'étendue du territoire national (...) Je demande aux douze candidats de respecter les recours (...) La Cour constitutionnelle reste la juridiction compétente.

Dansa Kourouma

Plusieurs quartiers de la capitale sont déserts, les boutiques fermées, les forces de défense et de sécurité postées aux ronds-points et carrefours.

Après des violences meurtrières depuis lundi, la publication des résultats a été suivie de nouvelles manifestations et tensions dans la banlieue de Conakry, mais aussi dans des villes de l’intérieur comme à Labé, en Moyenne Guinée, où Cellou Dalein Diallo a obtenu la majorité selon la Céni. Bilan de cette journée : trois morts, selon le ministère de la Sécurité.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.