Accéder au contenu principal

Côte d'Ivoire: Kouadio Konan Bertin, l'opposant qui voulait un scrutin actif

Le candidat à la présidentielle ivoirienne Kouadio Konan Bertin à Abidjan, le 4 octobre 2020.
Le candidat à la présidentielle ivoirienne Kouadio Konan Bertin à Abidjan, le 4 octobre 2020. AFP Photos/Sia Kambou
Texte par : RFI Suivre
5 mn

Seul candidat d’opposition à accepter le processus électoral, Kouadio Konan Bertin s’est exprimé pendant près d’une heure dans son QG de campagne au nord d’Abidjan, mardi 27 octobre 2020.

Publicité

Avec notre correspondant à Abidjan,  François Hume-Ferkatadji

Dissident du PDCI et candidat sous l’étiquette « indépendant », « KKB » est accusé par l’opposition d’être un « faire-valoir », voire une marionnette du RHDP, le parti au pouvoir. Pour contre-attaquer, il a à son tour pointé les « incohérences » de l’opposition, tout en multipliant les appels au calme à quelques jours du scrutin.

Après ses traditionnels hommages et références à Félix Houphouët-Boigny, Kouadio Konan Bertin a répondu à ses détracteurs qui lui reprochent une candidature de complaisance, quand eux préconisent le « boycott actif » du scrutin. « Passé le 31 sans élection, qu'est-ce qui va se passer ? À quoi va-t-on assister ? À la chienlit, au désordre, à la jungle ? Oui, il y en a qui aime ça, parce que c'est comme cela qu'ils prospèrent. Moi, je n'ai pas de force, je ne sais pas manipuler le fusil. Je suis Baoulé. Il faut le dire, le Baoulé a un respect sacro-saint pour la vie humaine. »

► À lire aussi : Côte d'Ivoire: seulement 40% des électeurs ont retiré leurs cartes

« Je vais gagner »

En plus de chercher à séduire l’électorat baoulé, « KKB » a également tout fait pour choyer les partisans de Gbagbo, en rappelant qu’il s’est toujours prononcé favorablement au retour de l’ancien président. Il dit ne pas comprendre qu’Alassane Ouattara attende un appel de Laurent Gbagbo pour accélérer les démarches de réconciliation. « Mais pourquoi ? Pourquoi ? Dans quelle Bible, dans quel Coran est-il écrit que c'est l'un qui doit appeler et pas l'autre ? »

Enfin, à la question de savoir s'il est prêt à accepter un grand ministère sous une nouvelle présidence d’Alassane Ouattara, il répond d’abord par la positive avant de se reprendre par une boutade : « Et puis, je suis candidat pour gagner. Et le vais gagner. C'est plutôt à moi qu'il faut demander ce que je suis prêt à faire pour Alassane Ouattara quand j'aurai gagné. »

KKB a aussi estimé que « déserter les urnes n'est pas la solution », demandant ainsi à ses partisans d'aller voter samedi prochain. Le candidat tiendra son dernier meeting demain, dans le quartier de Koumassi à Abidjan.

►À lire aussi : entretien exclusif avec Alassane Ouattara: «Difficile, même impossible, que je sois candidat en 2025»


La société civile s’inquiète du nombre d’incidents lors de la campagne électorale

Intimidations, affrontements intercommunautaires et manifestations violentes… Au total, 149 incidents dits « critiques » ont été répertoriés ces dernières semaines par l’organisation Indigo.

Cette ONG a déployé près de 1 000 observateurs locaux sur l’ensemble du territoire. Ansène Konan, coordinateur de l'organisation, s’inquiète de l’atmosphère qu’il qualifie de « délétère ».

Dans 17% des départements et localités observées, les acteurs politiques ont préféré des références ethniques ou religieuses dans leurs discours, plutôt que de présenter leur programme de société. Tout risque sécuritaire ou communautaire nous inquiète, nous interpelle.Pour le processus politique en Côte d'Ivoire, pour nous, il n'est pas encore trop tard d'appeler les uns et les autres à mettre au-dessus l'intérêt commun, l'intérêt de la nation et pouvoir se parler franchement et trouver les solutions.

Ansène Konan

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.