Accéder au contenu principal

Covid-19: un couvre-feu en Tunisie pour ralentir la progression de l’épidémie

Achat dans un petit commerce de Tunis, le 8 mai 2020. (Image d'illustration)
Achat dans un petit commerce de Tunis, le 8 mai 2020. (Image d'illustration) FETHI BELAID / AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Face à une forte dégradation de la situation sanitaire, la Tunisie est le premier pays d’Afrique à mettre en place de nouvelles restrictions et elles commencent ce vendredi.

Publicité

La Tunisie, qui avait quasiment circonscrit la pandémie fin juin puis rouvert ses frontières et levé la plupart des mesures de prévention au début de l'été, se retrouve confronté à forte dégradation de sa situation sanitaire. Au 29 octobre, 1 000 cas de contaminations au Covid-19 par jour ont été recensées. Les autorités ont donc pris plusieurs mesures, au premier rang desquelles un couvre-feu.

Il y a une quinzaine de jour, devant la dégradation de la situation, un couvre-feu partiel avait été instauré dans certaines régions. C’est désormais tout le pays qui est concerné. Du lundi au vendredi de 20h à 5h, les Tunisiens ne pourront donc plus sortir de chez eux. Un couvre-feu qui commence dès 19h le samedi et le dimanche.

Autre mesure forte, la fermeture des écoles, collèges et lycées jusqu’au 8 novembre. Même chose pour les universités avec une petite nuance puisque les cours à distance seront maintenus. Pas de fermeture en revanche pour les cafés et restaurants. Ils peuvent rester ouverts en journée jusqu’à 16h avec une jauge limitée : 30% de la capacité dans les espaces fermés, 50% dans les espaces ouverts.

Augmentation des places en réanimation

Les autorités veulent aussi restreindre les déplacements. Sauf cas exceptionnels, il ne sera désormais plus possible de sortir de son gouvernorat. Enfin, les rassemblements, comme les manifestations privées ou publiques, sont interdits et les prières suspendues dans les mosquées au moins jusqu’au 15 novembre.

Autre annonce du gouvernement, fini les appels d’offres pour les achats relatifs à la lutte contre le coronavirus. Ils seront désormais gérés directement par le ministère de la Défense.

Dans ce pays relativement épargné par la première vague du printemps dernier, cette montée des contaminations constatée depuis le mois de septembre fait craindre un engorgement des capacités hospitalières. Actuellement, la Tunisie a environ 700 lits de réanimation et espère porter rapidement ce nombre à 1 000 places.

► À réécouter : Reportage Afrique Tunisie : le système de santé se prépare à affronter une nouvelle hausse des cas de Covid-19

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.