Accéder au contenu principal

Décès du général Kahimbi en RDC: l'enquête piétine, la Fondation Bill Clinton s'inquiète

Le général Delphin Kahimbi, ici près de Goma en octobre 2008, est décédé en février 2020 et les circonstances de sa mort ne sont toujours pas élucidées, huit mois plus tard.
Le général Delphin Kahimbi, ici près de Goma en octobre 2008, est décédé en février 2020 et les circonstances de sa mort ne sont toujours pas élucidées, huit mois plus tard. AFP PHOTO / Walter ASTRADA
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Huit mois se sont écoulés depuis la disparition controversée du chef des renseignements militaires de la RDC, Delphin Kahimbi et les circonstances de sa mort ne sont toujours pas élucidées. Cinq personnes sont en prison pour cette affaire, révèle la Fondation Bill Clinton pour la paix dans un communiqué de presse.

Publicité

avec notre correspondant à Kinshasa, 

Le cadavre du général Delphin Kahimbi est toujours dans l'un des tiroirs de la morgue de l'hôpital du Cinquantenaire de Kinshasa. Et selon nos renseignements, le médecin légiste a eu du mal à faire la distinction entre une pendaison suicidaire et une pendaison criminelle. Il y a huit mois déjà que le corps attend à la morgue et cinq personnes sont détenues à la prison centrale de Makala.

À Kinshasa, selon la Fondation Bill Clinton pour la paix, ONG de défense des droits de l'homme, un officier et 4 autres personnes sont suspectées d'avoir participé d’une manière ou d’une autre à la mort du général Delphin Kahimbi.  

Toujours selon le communiqué de la fondation, parmi les détenus se trouvent le neveu et le pasteur de la famille, ainsi que le fils de la seule dame du groupe, elle aussi aux arrêts, qui aurait facilité l'embauche du domestique qui a disparu depuis le décès du général.

Il faut rappeler cependant que les enquêteurs ont eu des difficultés pour entendre l’épouse du défunt, témoin privilégié de ses derniers moments de vie. Lors de la deuxième audition, elle déléguera son avocate. Selon Maître Charlène Yangazo les enquêteurs ont insisté sur le besoin de faire la lumière sur le décès du général.

Delphin Kahimbi était en résidence surveillée au moment de son décès, le 28 février 2020, sous surveillance du parquet militaire. Soupçonné de liens avec des groupes armés et de tentative de déstabilisation, il avait été convoqué à plusieurs reprises pour répondre de ces accusations.

À lire aussi : En RDC, la mort du chef du renseignement militaire suscite la polémique

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.