Accéder au contenu principal

Élections en Tanzanie: Magufuli déclaré vainqueur, l'opposition dénonce des fraudes

Le président tanzanien John Magufuli vote lors du scrutin du 28 octobre.
Le président tanzanien John Magufuli vote lors du scrutin du 28 octobre. REUTERS/Stringer
Texte par : RFI Suivre
4 mn

La Commission électorale tanzanienne a déclaré vendredi soir John Magufuli, candidat à un second mandat de cinq ans, vainqueur de l’élection présidentielle. Mais l’opposition accuse les autorités de fraudes massives. Plusieurs observateurs ont également sévèrement critiqué ces élections marquées par la répression.

Publicité

Le nouveau président de Zanzibar, Hussein Ali Mwinyi, à la tribune, s’est dit prêt à travailler à la réconciliation avec l'opposition. Avec 76% des voix, jamais un président du territoire semi-autonome n’avait été élu avec un score aussi élevé, rapporte notre correspondant à Nairobi, Sébastien Németh.

Une main tendue, mais des adversaires absents. Les principaux leaders du parti d’opposition ACT-Wazalendo dans l’archipel ont été arrêtés. Le parti a diffusé des photos montrant certains blessés avoir été battus par les forces de l’ordre. D’autres sont toujours portés disparus.

Ailleurs dans le pays, la domination du pouvoir est plus écrasante encore. Vendredi soir, la Commission électorale créditait le président Magufuli de 84,39% des suffrages. « La Commission déclare John Magufuli du CCM, qui a remporté la majorité des voix, vainqueur de l'élection présidentielle », a annoncé le président de la NEC Semistocles Kaijage. Son principal opposant, Tundu Lissu, n’a recueilli que 13% des voix.

Une assemblée monocolore

L’Assemblée, elle, devrait devenir quasi monocolore. Selon les derniers résultats publiés par la NEC, le CCM de Magufuli, au pouvoir sans discontinuer depuis l'indépendance, rafle la quasi-totalité des 264 sièges du Parlement attribués lors du scrutin législatif couplé à la présidentielle. « Ce n’est plus du multipartisme, c’est un système de parti unique qui fait semblant d’être une démocratie », a estimé le chercheur Nic Cheeseman.

Beaucoup d’opposants craignent désormais qu’avec plus des deux-tiers des députés, le parti au pouvoir CCM réforme la constitution pour permettre à John Magufuli de s’éterniser au pouvoir. Aida Khenan, une des rares opposantes à avoir été élue au Parlement, a même évoqué la possibilité d’abandonner sa fonction. « La démocratie est plus importante que ma victoire », a-t-elle déclaré.

Car le triomphe du camp Magufuli est entaché par de sérieux soupçons de fraudes. Ses adversaires l’accusent d’avoir organisé « la plus grande mascarade électorale de l’histoire du pays », à l’aide notamment de bulletins pré-remplis.

Les observateurs partagés

Côté observateurs, deux visions s’opposent. La Communauté des Etats d’Afrique de l’Est a parlé d’un « vote normal », d’une « organisation professionnelle » et d’un « processus crédible ». L’organisation Tanzania Election Watch a, elle, dénoncé le « plus important recul pour la démocratie en Tanzanie, avec un processus bien en-dessous des standards pour considérer le vote libre juste et transparent ».

L'opposition appelle à de nouvelles élections

Mais l’opposition n’abandonne pas. Elle a déposé un dossier au Commonwealth demandant à l’organisation de désavouer publiquement ces élections, de dépêcher une délégation et de suspendre la Tanzanie de l’organisation.

Par ailleurs, et d'une seule voix, ce samedi 31 octobre, en conférence de presse conjointe, le plus grand parti de l'opposition, le Chadema, de Tundu Lissu et l'ACT ont appelé à de nouvelles élections « dès que possible ». Ils appellent également leurs militants à manifester pacifiquement jusqu'à ce que cette revendication soit satisfaite.

Ce n'est pas surprenant. Le jour du vote déjà, mercredi, Tundu Lissu dénoncait sur Twitter des « irrégularités de grande ampleur », notamment dans la plus grande ville du pays, Dar es Salaam. Des bourrages d'urnes et des observateurs empêchés d'accéder aux bureaux de vote, d'après le candidat qui a réitéré ces accusations au lendemain du scrutin jeudi.

En conférence de presse cette fois, Tundu Lissu dénonçait la « plus grande fraude électorale de l'histoire de Tanzanie ». Il rejetait déjà le résultat, « celui d'un gang qui a décidé de rester au pouvoir coûte que coûte », selon ses mots. Rappelons que le CCM ou ses ancêtres dirigent le pays, depuis l'indépendance, au début des années 1960.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.