Accéder au contenu principal

Guinée: dix candidats malheureux à l'élection présidentielle contestent ensemble les résultats

Makalé Traoré, candidate du parti PACT à l’élection présidentielle, a lu la déclaration commune de 10 des 11 candidats déçus, rejetant les résultats provisoires, au cours d'une conférence de presse ce vendredi 30 octobre 2020 à Conakry.
Makalé Traoré, candidate du parti PACT à l’élection présidentielle, a lu la déclaration commune de 10 des 11 candidats déçus, rejetant les résultats provisoires, au cours d'une conférence de presse ce vendredi 30 octobre 2020 à Conakry. Carole Valade/RFI
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En Guinée, 10 des 11 candidats malheureux à l’élection présidentielle du 18 octobre dernier se sont réunis au sein d’un collectif pour contester les résultats officiels proclamés par la Céni et qui ont donné le président sortant Alpha Condé vainqueur dès le premier tour.

Publicité

Avec notre correspondant à Conakry, Carol Valade 

Au siège du PACT, le parti de la candidate Makalé Traoré, presque tous les candidats malheureux sont représentés. Il ne manque que Laye Souleymane Diallo, exclu pour avoir félicité le président Alpha Condé pour sa réélection, selon l’un des organisateurs.

Makalé Traoré lit la déclaration : « Les participants ont été unanimes à reconnaître que le scrutin a été entaché de graves irrégularités […] Compte tenu des graves irrégularités enregistrées avant, pendant et après le scrutin, les participants ont décidé de rejeter catégoriquement les résultats provisoires proclamés par la Céni le samedi 24 octobre au Palais du peuple, déclare la candidate. Les candidats ont décidé d’introduire chacun un recours à la Cour constitutionnelle et lancent un appel à cette Cour pour qu’elle fasse preuve d’objectivité et de responsabilité dans le traitement du contentieux électoral. »

Appel à suspendre les manifestations

Les candidats ont jusqu’en début de semaine prochaine pour déposer individuellement leurs recours. D’ici là, Cellou Dalein Diallo, arrivé second selon les résultats officiels, mais qui s’est déclaré vainqueur selon son propre décompte des voix, appelle à suspendre les manifestations : « Il faut laisser le temps aux familles de faire leur deuil. Il faut aussi permettre aux populations de s’approvisionner en denrées de premières nécessités. »

Dans un communiqué, la Céni affirme que les opérations de centralisation n’ont souffert « d’aucune entorse ». La décision de la Cour Constitutionnelle ne sera pas susceptible de recours.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.