Accéder au contenu principal

Côte d'Ivoire: l'opposition annonce la création d'un Conseil national de transition

Le Conseil national de transition sera présidé par Henri Konan Bédié (ici le 20 septembre 2020).
Le Conseil national de transition sera présidé par Henri Konan Bédié (ici le 20 septembre 2020). REUTERS/Luc Gnago
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Alors que la Côte d'Ivoire attend les résultats de la présidentielle, l'opposition ivoirienne a annoncé ce lundi soir la création d'un Conseil national de transition. C'est le candidat du FPI Pascal Affi N'Guessan qui l'a affirmé au nom de l'opposition. Ce conseil sera présidé par Henri Konan Bédié.

Publicité

Avec notre correspondant à Abidjan, Sidi Yansané

A l'issue d'une réunion de plus d'une heure entre les différents partis de l'opposition, Pascal Affi N'Guessan a annoncé la création d'un Conseil national de transition. Le candidat du FPI a d'abord rappelé que les opposants ne reconnaissaient plus Alassane Ouattara comme président de la République et que son maintien au pouvoir est susceptible « de provoquer une guerre civile ».

Ce Conseil national de transition sera présidé par le candidat et chef du PDCI Henri Konan Bédié. Il prévoit la mise en place d'un gouvernement de transition dans les prochaines heures. Il se fixe pour mission « de préparer un cadre pour l'organisation d'une élection présidentielle transparente et inclusive », a expliqué Pascal Affi N'Guessan, ainsi que la mise en œuvre « d'assises nationales pour la réconciliation nationale en vue du retour à une paix en Côte d’Ivoire. »

Les opposants restent donc dans une dynamique de bras-de-fer avec le pouvoir puisqu'ils maintiennent aussi leur mot d'ordre de désobéissance civile.

Le parti au pouvoir a réagi, par la voix de son directeur exécutif. Adama Bictogo estime qu'il s'agit d'une démarche « inacceptable » et il demande au gouvernement de faire preuve de fermeté. « Nous considérons que c’est une défiance des autorités et que cela est inacceptable. Nous en appelons donc à la fermeté du gouvernement mais surtout à l’application de la loi vis-à-vis de l’opposition. » selon Adama Bictogo, l’opposition veut « entraîner le pays dans une crise et un chaos artificiels. »

La transition annoncée par l'opposition «inacceptable» pour le RHDP

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.