Accéder au contenu principal

Mauritanie: Sidi Ould Cheikh Abdallahi, premier président démocratiquement élu, est décédé

L'ex-président mauritanien, Sidi Mohamed ould Cheikh Abdallahi.
L'ex-président mauritanien, Sidi Mohamed ould Cheikh Abdallahi. (Photo : Reuters)
Texte par : RFI Suivre
2 mn

L'ancien chef de l'État mauritanien Sidi Ould Cheikh Abdallahi, premier président du pays démocratiquement élu en 2007 et renversé par un putsch l'année suivante, est décédé dans la nuit du 22 au 23 novembre dans une clinique de la capitale Nouakchott, après une longue maladie. Un deuil national de trois jours est observé depuis ce 23 novembre au matin sur l’ensemble du territoire.

Publicité

Avec notre correspondant à Nouakchott, Salem Mejbour Salem

Sidi Ould Cheikh Abdallahi avait succédé au colonel Ely Ould Mohamed Vall en 2007 après la période de transition consécutive au coup d’État qui avait renversé Maaouiya Ould Sid'Ahmed Taya en 2005.

Président pendant seize mois

Premier président démocratiquement élu à l’issue de la présidentielle de 2007, Sidi Ould Cheikh Abdallahi n’a été chef de l’État que durant seize mois. Le 6 août 2008, il est renversé par un coup d’État militaire initié et exécuté par son chef d’état-major particulier, le général Mohamed Ould Abdel Aziz. Il est ensuite assigné à résidence dans le village de Lemden, à environ 200 kilomètres d’Aleg, la capitale de sa région natale. 

L’armée mauritanienne avait contribué à son accession au pouvoir après le départ de la junte militaire qui avait destitué le régime de l’ex-chef de l’État, Maaouiya Ould Sid'Ahmed Taya, le 3 août 2005. Mais Sidi Ould Cheikh Abdallahi avait refusé de servir de marionnette aux généraux qui voulaient s’ingérer dans toutes les décisions qu’il prenait. Un véritable bras de fer l’avait opposé au plus déterminé des hauts gradés, le général Mohamed Ould Abdel Aziz.

Avant d’être président de la République, Sidi Ould Cheikh Abdallahi avait été ministre dans les gouvernements de Moktar Ould Dadah de 1971 à 1978. Il avait également appartenu au gouvernement Taya entre 1986 et 1989.  

► À lire aussi : Mauritanie: «La jeunesse aspire à plus de démocratie»

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.