Accéder au contenu principal

Une délégation israélienne en visite au Soudan, une première depuis l’annonce de normalisation

Une rue de Khartoum la capitale du Soudan (image d'illustration).
Une rue de Khartoum la capitale du Soudan (image d'illustration). REUTERS/Mohamed Nureldin Abdallah
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Selon plusieurs médias, une délégation israélienne se serait rendue lundi 23 novembre au Soudan. Ce serait la première équipe de représentants de l’État hébreux à faire le déplacement à Khartoum depuis l’annonce de la normalisation entre les deux pays le 23 octobre dernier.

Publicité

Avec notre correspondant dans la région, Sébastien Németh

Le rapprochement avec Israël continue de diviser la classe politique soudanaise. Plusieurs sources ont annoncé la visite d’une délégation israélienne à Khartoum lundi. D’après l'agence Reuters, les discussions auraient porté sur la future coopération économique et humanitaire entre les deux pays, notamment comment l’État hébreux pourrait soutenir l’agriculture, la sécurité alimentaire, les secteurs de l’eau et de la santé soudanais.

Interrogé par le Sudan Tribune, le porte-parole du gouvernement a pourtant déclaré ne pas être au courant de cette visite. Et en effet, les représentants israéliens auraient été encadrés par le Conseil Souverain, aujourd’hui dominé par les militaires. L’armée aurait donc en quelques sortes court-circuité le Premier ministre Hamdok.

Un fait pas si surprenant puisque l’on sait que l’armée est plus favorable au rapprochement avec Tel Aviv tandis que le chef du gouvernement serait davantage frileux, notamment parce qu’il souhaiterait ménager l’opinion. Les deux parties seraient notamment en désaccord sur l’étendue et la rapidité de cette normalisation.

Déjà en février, le général Burhan, chef du Conseil Souverain, avait semblé contourner Abdallah Hamdok en se rendant en Ouganda pour rencontrer le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Le rapprochement entre les deux États se poursuit donc peu à peu. Israël a déjà fait don d’une cargaison de 5 millions de dollars de blé. Même si dans ce dossier, il ne faut pas perdre de vue les États-Unis, où la levée des sanctions contre le Soudan est sur le bureau du Congrès et où le pouvoir est en train d’être transféré au président élu Joe Biden.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.