Accéder au contenu principal

Mali: le général Kéba Sangaré, l'un des nouveaux gouverneurs, accablé par l’ONU

Soldat de l'armée malienne (image d'illustration).
Soldat de l'armée malienne (image d'illustration). REUTERS/Benoit Tessier
Texte par : David Baché
3 mn

Mercredi 25 novembre, le Conseil des ministres du Mali a décidé d’une longue série de nominations au sein des ministères, notamment de la Réconciliation nationale, avec des personnalités pas forcément consensuelles, et surtout avec un nombre très important de militaires à des postes de gouverneurs (13 sur 20 régions). Parmi les militaires nommés, un nom suscite davantage la polémique : celui du général de brigade Kéba Sangaré, épinglé dans un récent rapport des Nations unies.

Publicité

Au lendemain de la reconquête du Nord, en 2013, la presse malienne le peignait en « officier valeureux », « connu pour sa rigueur et son don de soi ». Il était alors encore colonel et dirigeait les opérations à Tombouctou. Mais c’est un tout autre portrait du général Kéba Sangaré que le groupe d’experts des Nations unies sur le Mali dresse dans son rapport rédigé en août dernier.

Le général Kéba Sangaré y est décrit comme l’un des obstacles à l’application de l’accord de paix de 2015. Devenu chef d’État-Major de l’armée de terre, il aurait pris des « décisions contestables » entraînant plusieurs mois de retard et « minant la confiance entre les parties » impliquées dans le processus de désarmement, de démobilisation et de réintégration des groupes armés.

Le rapport de l'ONU dénonce notamment des « tentatives répétées » de l’armée malienne de « contourner les quotas convenus » pour les différentes parties, par exemple pour la réintégration des ex-rebelles dans les rangs de l’armée nationale et la répartition des postes de commandement.

► À lire aussi : Massacre d'Ogossagou au Mali: le rapport de l'ONU met en cause de hauts responsables

L'ONU pointe son inaction dans le massacre d'Ogossagou 

Plus grave encore : les experts onusiens pointent la responsabilité du général Kéba Sangaré dans le massacre d’Ogossagou. En février dernier, 35 personnes étaient tuées et 19 portées disparues après une attaque de milices dogons contre ce village peul. « Informé de la menace », « plus de dix heures » avant l’attaque, écrivent les experts onusiens, le général Kéba Sangaré aurait laissé les militaires maliens en poste dans le village s’en aller, avant l’arrivée de la relève, permettant à la tragédie de se dérouler.

« À la suite de cette attaque, conclut le rapport, le président du Mali a relevé le général Keba Sangaré de son poste de commandant au Centre. En mai dernier, il a été limogé de son poste de chef d’État-major de l’armée malienne. » Mercredi, c'est pourtant bien lui qui a été nommé, gouverneur de la région de Bougouni par les autorités de transition.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.