Accéder au contenu principal

Centrafrique: l’ancien chef de l’État François Bozizé recalé de la course à la présidentielle

L'ancien président François Bozizé.
L'ancien président François Bozizé. Simon Maina/AFP
Texte par : RFI Suivre
5 mn

Fin de suspens à Bangui, la Cour constitutionnelle a rendu sa décision en début d’après-midi ce jeudi concernant notamment la candidature de François Bozizé pour l’élection présidentielle du 27 décembre 2020. Celle-ci est finalement rejetée.

Publicité

Avec notre correspondante à Bangui,  Charlotte Cosset

Si la Cour constitutionnelle a écarté la condition des un an de résidence sur le territoire, à cause de la circulaire du ministère des Transports qui interdisait les compagnies aériennes d’embarquer François Bozizé, elle s’est appuyé sur l’article 103 du Code électoral pour rejeter la candidature de l’ancien chef d’État. Article qui précise parmi les critères d’éligibilité, la bonne moralité.

La Cour a rappelé que François Bozizé est sous le coup d’un mandat d’arrêt international datant du 31 mars 2014 pour les motifs d’assassinat, d’arrestation, détention, séquestration arbitraire, torture, exécutions sommaires et extrajudiciaires etc. Elle a aussi mis en avant les sanctions onusiennes renouvelées au Conseil de sécurité en juillet 2020.

Le camp Bozizé circonspect

La Cour a rendu sa décision sous haute protection des forces nationales et de la Minusca. De nombreuses ONG et institutions ont aujourd’hui restreint leurs mouvements en prévision d’éventuelles manifestations de mécontentement. Dans la capitale, les forces de sécurité sont déployées de manière visible.

L’annonce a été accueillie froidement à la Cour. Pas de « bravos » comme la semaine dernière à l’annonce de la décision concernant les candidatures aux élections législatives. Christian Guenebem, directeur national de campagne du Kwa na Kwa, le parti de Bozizé (lui-même actuellement en déplacement en province), a accueilli cette décision avec circonspection.

Les éléments invoqués à l'appui de cet argument sont largement sujets à caution, en ce sens que François Bozizé ne fait l'objet d'aucune condamnation. Oui, il ya un mandat d'arrêt, mais il a passé plus d'un an sur le territoire et ce mandat d'arrêt n'a nullement été exécuté. il n'a pas l'objet d'une convocation par un juge et nous savons que tous que lorsqu'il a perdu le pouvoir, il s'est appliqué une justice des vainqueurs dans le but de régler les comptes. C'est dommage que la Cour constitutionnelle, dans un État revenu à l'ordre constitutionnel, continue de faire usage de ce genre de choses [...]

Christian Guenebem

Nicolas Tiangaye, candidat à la présidentielle validé et porte-parole de la plateforme d’opposition, ne s’exprime pas sur l’invalidation de François Bozize : « Je ne peux pas faire de commentaire sur la décision de la Cour constitutionnelle. »

Appel au calme

Hier soir, il n’y avait ni rassemblement, ni incident signalé, même si les forces de sécurité restaient en alerte. Car cette invalidation fait craindre des mouvements de contestation dans certains quartiers de la capitale et dans certaines provinces du pays. Paul Beninga-Crescent, porte-parole du Groupe de travail de la société civile appelle au calme…

« Nous invitons les uns et les autres à la retenue, nous invitons les responsables de partis politiques, notamment les candidats qui n'ont pas été retenus, d'appeler au calme, c'est un acte de maturité, c'est un acte de civisme, c'est un acte de responsabilité, c'est extrêmement important. » Et d'appeler tous les Centrafricains, notamment les militants des partis qui sont invalidés, d'être calme. Il s'agit de la loi de la démocratie : lorsque l'on veut construire un État de droit, on est obligé de se plier devant les décisions rendues par les institutions. »

Sur les 22 candidatures, cinq ont été invalidées. Parmi celles retenues: le président Faustin Archange Touadéra, Annicet Georges Doléguélé, Martin Ziguélé, Abdou Karim Meckassoua.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.