Reportage

Élections au Niger: à quatre jours du scrutin, la course à la mobilisation des électeurs

Des électeurs font la queue devant un bureau de vote lors des élections présidentielles de 2016. (Illustration).
Des électeurs font la queue devant un bureau de vote lors des élections présidentielles de 2016. (Illustration). AP - Gael Cogne
Texte par : RFI Suivre
5 mn

Au Niger, la campagne pour la présidentielle et les législatives de dimanche se termine le 25 décembre. 30 candidats sont en lice pour succéder à l’actuel chef de l’État Mahamadou Issoufou. Dans la capitale, en fin de journée, des animations sont organisées aux sièges de certains partis. Ambiance.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à Niamey, Magali Lagrange

Des militants et sympathisants du PNDS: certains vêtus de tee-shirts à l’effigie du candidat sont assis devant le bâtiment recouvert de portraits de Mohamed Bazoum. Abdoulaye, qui se décrit comme nouveau venu, est un jeune homme convaincu. « Bazoum, c’est mon président. Je suis venu le soutenir à 100%. Je lui souhaite bonne chance et bon courage. »

Chaque soir, des véhicules sillonnent la ville et distribuent des flyers. Ces deux jeunes filles, qui participent à la distribution, affirment que les jeunes sont derrière Mohamed Bazoum. Elles croient à une victoire dès le premier tour. « Oui bien sûr nous y croyons », lancent-elles en chœur.

« Des changements avec Salou Djibo »

Changement de parti. Devant le siège du PJP Doubara de Salou Djibo, l’ambiance est musicale. Faty est cantatrice, et fait l’animation. Elle aussi croit en la victoire de son candidat. « Cette année notre candidat va passer. Je suis artiste et normalement je dois rester neutre, mais j’ai choisi Salou Djibo parce que je crois que s’il passe, il y aura des changements au Niger ».

En attendant l’élection de dimanche, un petit attroupement s’est formé, bien décidé à profiter de l’ambiance de la soirée.

Mercredi soir, le PNDS a annoncé suspendre ses animations et annuler le meeting de clôture de campagne de Mohamed Bazoum vendredi à Niamey, « en raison de la recrudescence de la du Covid-19 » au Niger. Le gouvernement nigérien rappelle que le virus circule activement. Le pays a enregistré mercredi 73 nouveaux cas positifs (2876 cas confirmés depuis le début de la pandémie).


L'absence de forces de l'ordre dans les bureaux de vote a entaché les dernières élections

Les observateurs nationaux interpellent la Céni

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail