Accéder au contenu principal

Centrafrique: la ville de Damara attaquée par la coalition des groupes armés

La Minusca est présente à Damara, ville centrafricaine à 80 kilomètres de Bangui, visée par une attaque le 2 janvier 2020.
La Minusca est présente à Damara, ville centrafricaine à 80 kilomètres de Bangui, visée par une attaque le 2 janvier 2020. REUTERS - STRINGER
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En Centrafrique, une nouvelle coalition armée s’est constituée il y a près de deux semaines avec l'objectif affiché de perturber le scrutin du dimanche 27 décembre. Elle avait entamé une descente sur Bangui, mais avait été freinée par les militaires centrafricains, les forces alliées rwandaises et russes, ainsi que par la Minusca. Ce 2 janvier, vers 5h du matin, une nouvelle attaque de la coalition a été lancée sur la ville de Damara, à 80 kilomètres de la capitale.

Publicité

Avec notre correspondante à Bangui, Charlotte Cosset 

Des éléments armés de la coalition ont tenté de prendre le contrôle de la ville de Damara. Selon la Minusca, présente sur place, ils ont été repoussés par un lourd dispositif de forces armées centrafricaines et de leurs alliés rwandais. Des renforts seraient même arrivés par voie aérienne, ce 2 janvier au matin. Des sources sécuritaires notent aussi la présence des forces russes sur le terrain.

Une partie de la population s’est réfugiée en brousse, aux alentours de la ville, et décrit des tirs nourris. Selon des témoins sur place, ces tirs n'ont cessé qu'en fin de matinée. Sur les axes de circulation, des escarmouches ont aussi été signalées.

► À écouter aussi : RCA: «L'objectif était d'organiser des élections crédibles, démocratiques, libres et apaisées»

Selon la Minusca, la situation à Damara n'est pas alarmante. La mission onusienne est « sur place et en dispositif d’alerte maximale », assure-t-elle. En fin de matinée, elle ne relevait pas de victimes civiles dans la ville. Il n’y a cependant pas de bilan du côté des combattants.

L’attaque de Damara est symbolique, car cette ville est considérée comme le dernier verrou avant Bangui. Mais également parce que le président Touadéra est originaire de cette localité.

►  À lire aussi : Centrafrique: T. Savonarole Maleyombo du KNK arrêté, une «vendetta » selon son avocat

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.