RDC: nouveaux meurtres de gardes au parc national des Virunga

Unos guardias del parque nacional de Virunga, en República Democrática del congo, buscan gorilas en el monte Mikeno el 28 de noviembre de 2008
Unos guardias del parque nacional de Virunga, en República Democrática del congo, buscan gorilas en el monte Mikeno el 28 de noviembre de 2008 AFP/Archivos

Le parc des Virunga à nouveau endeuillé dimanche 10 janvier. Selon l'administration de ce parc de l'est de la République démocratique du Congo, six gardes ont été tués dans le territoire du Rutshuru par des maï-maï locaux, sans plus de précisions. Que sait-on sur cette attaque ?

Publicité

Les gardes du parc étaient en patrouille à pied entre leur campement de Nyamilima et la localité de Nyamitwitwi quand ils ont été attaqués. C’était à 7h30 du matin, dimanche, au lieu-dit Kabuhendo. Olivier Mukisya travaille pour le service de communication du parc des Virunga. « Les assaillants sont venus en groupe, surarmés. Ils ont attaqué une patrouille de routine et nos avons perdu six éco-gardes, un autre est blessé. Pour l'instant, nous ne pouvons rien dire sur l'identité des assaillants. Mais nous savons que l'attaque a été menée dans une région où il y a un activisme accru des groupes armés », témoigne-t-il.

Du côté de la société civile, comme de l’armée congolaise, on envisageait hier soir deux pistes. Dans la zone, il y a d’abord les rebelles hutus rwandais et congolais, la coalition FDLR Nyatura, contre laquelle les FARDC disent avoir mené des opérations il y a une quinzaine de jours.

Mais il y a aussi des groupes maï-maï hostiles à la délimitation du parc. L’érection d’une clôture continue de susciter des tensions avec la chefferie de Nyamilima et les paysans qui vivent à proximité des Virunga. 

► Lire aussi : RDC : le parc des Virunga, ce trésor que tout le monde s'arrache

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail