RDC: la Guinéenne Bintou Keita va prendre la tête de la Monusco

Une patrouille de la Monusco dans les rues de la proivince d'Ituru. Le 13 mars 2020.
Une patrouille de la Monusco dans les rues de la proivince d'Ituru. Le 13 mars 2020. SAMIR TOUNSI / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La mission de l'ONU en RDC et ses 15 000 casques bleus vont bientôt avoir une nouvelle patronne. La Guinéenne, Bintou Keïta, vient d'être nommée à ce poste d'envoyée spéciale à Kinshasa. Elle succédera le mois prochain à l'Algérienne Leila Zerrougui, qui l'a occupé pendant trois ans. Âgée de 62 ans, elle travaille pour les Nations unies depuis plus de trente ans.

Publicité

Avec notre correspondante à New-York, Carrie Nooten

C’est une annonce qui n’a pas étonné au QG de l’ONU. Bintou Keïta n’a jamais caché être une femme de terrain, et après deux postes successifs de sous-secrétaire générale, prendre la tête de la plus importante mission onusienne, la Monusco, est une étape logique de sa carrière.

New York tenait aussi à ce qu’une femme puisse succéder à Leïla Zerrougui, parité oblige, ce qui lui a donné un avantage. Autre atout surtout : sa connaissance en détail à la fois de l’Afrique, à propos de laquelle elle briefait régulièrement le Conseil de sécurité depuis janvier 2019, et à la fois des opérations de maintien de la paix, qu’elle a chapeauté en 2018.

La Monusco est réputée pour être l’une des plus difficiles opérations de casques bleus, avec son milliard de dollars de budget et ses 15 000 hommes à gérer. Et Bintou Keïta aura principalement pour tâche de superviser l’amorce du désengagement de la mission de certaines provinces de République démocratique du Congo, dans un contexte qui reste difficile. Elle sera aussi la représentante spéciale du secrétaire général Antonio Guterres dans le pays.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail