Présidentielle en Ouganda : le président Yoweri Museveni réélu pour un sixième mandat

Une affiche de campagne du président Museveni, au pouvoir depuis 35 ans en Ouganda, qui a été réélu, ce samedi 16 janvier 2021, pour un sixième mandat.
Une affiche de campagne du président Museveni, au pouvoir depuis 35 ans en Ouganda, qui a été réélu, ce samedi 16 janvier 2021, pour un sixième mandat. © Lucie Mouillaud/RFI

En Ouganda, le président Yoweri Museveni, âgé de 76 ans, au pouvoir depuis 1986, a été réélu, dès le premier tour, ce samedi 16 janvier, pour un sixième mandat, avec 58,64% des voix, a annoncé la commission électorale du pays. Le principal rival du président sortant, Bobi Wine, a obtenu 34,83% et la participation a été de 57,22%.

Publicité

Avec notre correspondante à Kampala, Lucie Mouillaud

Le président sortant Yoweri Museveni est réélu avec plus de 58,6% des votes, ce qui correspond à un peu plus de 5 850 000 voix. Le principal candidat de l’opposition, Bobi Wine, sous son vrai nom Robert Kyagulanyi, du parti National united plateforme (Plateforme de l'unité nationale), obtient, lui, 34,83% des voix, soit 3 775 000 votes.

Les Ougandais ont voté « pour l’amour de leur pays, le panafricanisme et pour la démocratie », a déclaré le président Museveni lors d’une allocution télévisée samedi soir. Son porte-parole a également remercié les Ougandais pour « leur soutien » et pour avoir « maintenu la paix et l’ordre » pendant cette période électorale. Il a affirmé que le chef de l’Etat allait se remettre « immédiatement au travail, afin de tenir les promesses faites à la population ».

De son côté, Bobi Wine n’a pas encore réagi. Et les responsables de son parti sont également restés injoignables après l’annonce des résultats. Le candidat avait indiqué plus tôt dans la semaine que son téléphone et ceux de plusieurs de ses proches avaient été déconnectés.

Vendredi matin, lors une conférence de presse chez lui à Magere, il avait déclaré avoir certainement gagné cette élection et l’avoir gagnée de loin. Il avait appelé tous les Ougandais à rejeter le chantage que représente, selon lui, ce scrutin. Sa propriété était encerclé samedi par les forces de l’ordre et aucun journaliste n’a pu y avoir accès.  

Le directeur de la commission électorale a demandé à tous les candidats et à leurs partisans de rester calmes et d’accepter les résultats.

►À lire aussi : Ouganda: les autorités déploient un important dispositif sécuritaire pour les élections

Dans le pays, les citoyens sont privés du droit vital à l’information et cette coupure d’internet favorise toutes les manipulations.

Qemal Affagnon, Internet sans frontières

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail