Côte d'Ivoire: malgré sa détention, Alain Lobognon se porte candidat aux législatives

Alain Lobognon (à gauche) en 2013.
Alain Lobognon (à gauche) en 2013. AFP PHOTO/ SIA KAMBOU
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Le député Alain Lobognon est placé en détention provisoire depuis le 23 décembre 2019, poursuivi pour « complot et atteinte contre l’autorité de l’État » et « diffusion et publication de nouvelles fausses ». L’ancien ministre de la Promotion de la jeunesse n’a toujours pas été jugé dans cette affaire. Depuis son arrestation, ce proche de Guillaume Soro dénonce une détention arbitraire et politique. Aujourd'hui, il a décidé de se porter candidat aux prochaines élections législatives, malgré ses déboires judiciaires.

Publicité

Avec notre correspondant à Abidjan, François Hume-Ferkatadji

Aujourd’hui en prison, Alain Lobognon se voit demain député et acteur de la vie politique ivoirienne. Ce cadre de GPS, le mouvement lancé par Guillaume Soro, est en effet candidat à sa propre succession dans la circonscription de Fresco au sud du pays.

En revanche, ce n’est ni sous la bannière GPS, groupement qui refuse officiellement de prendre part à ces élections, ni sous l’étiquette de son parti le MVCI, qu’il se présente, mais en tant que candidat indépendant, comme en 2016. 

Une candidature qui, selon un communiqué, est un « appel » à « toute la classe politique ivoirienne » à la « solidarité et à l’humanisme ».  « Il ne veut pas baisser les bras et continuer à porter la voix du peuple », explique aussi son épouse Amira Lobognon qui réclame sa mise en liberté provisoire.

Accusé de « complot et atteinte contre l’autorité de l’État », l’ancien ministre de la Promotion de la jeunesse est actuellement incarcéré. Arrêté le 23 décembre 2019 avec 14 autres personnalités proches de Guillaume Soro, Alain Lobognon est le seul député à être toujours détenu dans cette affaire dont le procès ne s'est pas encore tenu.

Le GPS a toujours dénoncé sa détention comme arbitraire et « politique », dans le but de prévenir l’ancien Premier ministre et chef rebelle Guillaume Soro, de se présenter à l’élection présidentielle.

Dans ces conditions, la candidature à la députation d’Alain Lobognon pourra-t-elle être retenue par la Commission électorale indépendante ? « Les candidats doivent avoir un casier judiciaire vierge », rappelle un cadre de la CEI, or sa détention actuelle ne résulte pas d'une condamnation.

Si Alain Lobognon a bien été condamné dans une précédente affaire à un an de prison pour « diffusion de fausses nouvelles » en janvier 2019, son procès en appel est toujours en attente. Il ne s'agit pas d'une condamnation définitive.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail