Centrafrique: les évêques condamnent les offensives rebelles

Les électeurs font la queue pour voter lors des élections présidentielles et législatives dans un bureau de vote à Petevo, 8e arrondissement de Bangui, en République centrafricaine, le 27 décembre 2020. (Photo d'illustration)
Les électeurs font la queue pour voter lors des élections présidentielles et législatives dans un bureau de vote à Petevo, 8e arrondissement de Bangui, en République centrafricaine, le 27 décembre 2020. (Photo d'illustration) © REUTERS / Antonie Rolland
Texte par : RFI Suivre
5 mn

En Centrafrique, alors que des opérations militaires continuent au nord de la capitale, Bangui, pour déloger les rebelles de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC) - coalition de groupes armés qui a annoncé marcher sur Bangui le mois dernier - des opérations dites de ratissage ont encore eu lieu, ce dimanche 17 janvier après midi. C’est dans ce contexte que les évêques du pays se sont réunis cette semaine.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à Bangui, Alexandra Brangeon

Les évêques de la République centrafricaine, réunis en assemblée plénière, ont condamné les offensives rebelles. Dans un communiqué signé par les neuf évêques du pays, ils félicitent les Centrafricains qui sont allés voter pour la présidentielle, le mois dernier, et dénoncent l’insécurité.

Ils dénoncent également les divisions de la classe politique qui laisse le pays à la « merci des prédateurs et des mercenaires », selon Monseigneur Nestor Désiré Nongo Aziagbia, évêque de Bossangoa, ville située à 300 km au nord de Bangui, joint par RFI.

« Aujourd’hui, le pays vit malheureusement aux dépens d’hommes politiques "aigris", d’hommes politiques, je ne dirais pas corrompus mais nous ne sommes pas loin de cette réalité. Chacun cherche à asseoir son autorité, non pas pour le bien de la population, non pas pour le développement socio-économique de la nation… on s’acoquine avec des personnes de toute moralité pour continuer à exploiter le pays. Dans tout cela, la population est prise en otage », dénonce-t-il.

« Nous faisons du sur-place »

« À ces hommes politiques et à ces groupes armés, nous leur disons que la République centrafricaine n’est pas la propriété d’un individu, d’un clan, d’un groupe d’intérêts quelconque. Cela fait huit ans que nous vivons avec la crise militaro-politique. Plusieurs propositions de sortie de crise, au moyen de différents accords, ont été conclues mais nous faisons du sur-place. Nous avons fait part, dans notre message, au dialogue mais encore faut-il que ce dialogue-là soit franc et fraternel. Combien de fois, des dialogues ont été tenus mais personne ne tient compte des résolutions de ces dialogues-là. C’est ce qui qui nous manque aujourd’hui », alerte Monseigneur Nestor Désiré Nongo Aziagbia, évêque de Bossangoa.

À lire aussi: Centrafrique: pour la première fois, les rebelles de la CPC attaquent la capitale


En Centrafrique alors que les groupes rebelles de la CPC continuent leur offensive dans différentes villes du pays, et face aux violences, une organisation s’occupe d’écouter les victimes. Il s’agit du centre des frères de la Charité qui se situe à Bimbo, quartier à l’ouest de Bangui.

Dès que les balles crépitent, les gens se succèdent avec des symptômes post-traumatiques...

La prise en charge des dégâts psychologiques

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail