La Tunisie risque de perdre les avoirs gelés de Ben Ali en Suisse

Le président tunisien Zine el-Abidine Ben Ali s'est enfui en Arabie saoudite, le 14 janvier 2011, alors que les manifestations de rue contre son régime autocratique s'intensifiaient.
Le président tunisien Zine el-Abidine Ben Ali s'est enfui en Arabie saoudite, le 14 janvier 2011, alors que les manifestations de rue contre son régime autocratique s'intensifiaient. FETHI BELAID AFP/File
Texte par : RFI Suivre
2 mn

J-1 avant le dégel des avoirs du clan Ben Ali en Suisse. Dix ans après la révolution tunisienne, la famille et les proches du dictateur déchu pourraient récupérer des dizaines de millions d’euros.

Publicité

Avec notre correspondant à Tunis,  Michel Picard

En janvier 2011, près de quarante personnes appartenant au clan Ben Ali ont vu leurs avoirs gelés cinq jours seulement après la fuite du dictateur.

L’ordonnance émise par la justice fédérale suisse permettant le blocage à titre préventif de ces avoirs pour une durée de dix ans arrive à expiration ce mardi à minuit.

En l’absence de nouvelle procédure judiciaire genevoise ou de jugements définitifs à Tunis, la justice n’aura plus légalement les moyens de retenir cet argent.

Le risque de voir les proches du dictateur décédé en 2019 transférer cet argent de Suisse vers d’autres banques est donc bien réel.

Les sommes concernées avoisineraient les 200 millions d’euros et pour l’heure seuls 3 à 4 millions ont été récupérés. Au total, plusieurs milliards d’euros auraient été indument transférés vers l’étranger sous la dictature.

Plusieurs organisations de la société civile viennent d’émettre un appel solennel au président de la République pour qu’il use de ses prérogatives afin d’empêcher le dégel des sommes spoliées.

Certains observateurs dénoncent la nonchalance des autorités tunisiennes sur ce dossier qui risque de symboliser l’incapacité, voire l’absence de volonté à condamner et faire payer les acteurs de la dictature.

À lire aussi : 14 janvier 2011, l'ère Ben Ali s'achève en Tunisie

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail