Présidentielle en Ouganda: le parti de Bobi Wine rejette la victoire du président Museveni

L'opposant ougandais Robert Kyangulanyi, alias «Bobi Wine», à son arrivée au siège de son nouveau parti politique, la National Unity Platform (NUP), lors de sa nomination comme président de cette formation, à Kampala, le 21 août 2020.
L'opposant ougandais Robert Kyangulanyi, alias «Bobi Wine», à son arrivée au siège de son nouveau parti politique, la National Unity Platform (NUP), lors de sa nomination comme président de cette formation, à Kampala, le 21 août 2020. SUMY SADURNI / AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

En Ouganda, la Platerforme de l'unité nationale (NUP), le parti du leader de l'opposition ougandaise, Bobi Wine qui reste toujours « assigné en résidence » a tenu une conférence de presse, ce dimanche 17 janvier, et rejette, sans surprise, la victoire du président Yoweri Museveni, à l’issue du premier tour de la présidentielle de jeudi 14 janvier et annoncée samedi par l’instance nationale électorale.

Publicité

Avec notre correspondante à Kampala, Lucie Mouillaud

Suite à l’annonce, samedi, des résultats de l’élection présidentielle, le président sortant a obtenu un sixième mandat avec 58,64 % des voix contre 34,83 % des suffrages pour son principal rival Bobi Wine. Au total, onze candidats étaient en lice pour ce scrutin dont les résultats sont contestés. Ce sont, en effet, les premières déclarations de la Plateforme de l'unité nationale, depuis l’annonce des résultats.

Utiliser les moyens légaux

L’un des vice-présidents du parti, Mathias Mpuuga, demande à leurs partisans et aux Ougandais de rejeter les résultats de l’élection présidentielle. Le porte-parole du NUP, Joel Ssenyonyi, a lui appelé les citoyens à utiliser tous les moyens légaux possibles autorisés par la Constitution pour poursuivre le changement. Le parti d’opposition appelle quand même la population à participer au scrutin local prévu de la semaine prochaine.

Bobi Wine n’était donc pas présent à la conférence de presse organisée au siège de son parti, ce dimanche. Depuis vendredi soir, l’opposant se dit « en état de siège » dans sa maison, à Magere, au nord de la capitale. Joel Ssenyonyi a dénoncé cet après-midi une « détention illégale » et a demandé « la libération sans condition » du candidat. Les forces de l’ordre encerclaient le domicile de Bobi Wine, dans la journée de samedi, et aucun visiteur n’a été autorisé à rentrer.

« Pour le panafricanisme et pour la démocratie »

De son côté, le président Yoweri Museveni s’est exprimé lors d’une allocution télévisée, samedi soir, pour la première fois, depuis l’annonce de sa réélection. Selon lui, les Ougandais ont voté pour « l’amour de leur pays, pour le panafricanisme et pour la démocratie ».

À lire aussi : Présidentielle en Ouganda: le candidat Bobi Wine dénonce des fraudes au lendemain du scrutin

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail