REPORTAGE

Rwanda: quinze jours de confinement à Kigali pour faire face au Covid-19

Personnes attendant le bus à Kigali. Elles regagnent leurs maisons avant un deuxième confinement dans la capitale rwandaise.
Personnes attendant le bus à Kigali. Elles regagnent leurs maisons avant un deuxième confinement dans la capitale rwandaise. AFP - STRINGER
Texte par : RFI Suivre
5 mn

Kigali sera à nouveau sous confinement total pour au moins 15 jours. La décision a été annoncée lundi soir au terme d’un Conseil des ministres et doit freiner la propagation du Covid-19 dans la capitale. Dix mois après l’annonce du premier confinement, les habitants de la capitale se préparaient  donc, hier, pour ces deux nouvelles semaines sous cloche.

Publicité

De notre correspondante à KigaliLaure Broulard

Plus de 60% des cas confirmés de Covid-19 au Rwanda depuis début janvier sont concentrés à Kigali, et les décès augmentent. Les commerces non-essentiels, les lieux de cultes, les écoles et les bars sont donc fermés. Les déplacements non-nécessaires interdits. 

À la gare routière de Kigali, de longues files d’attente s’étirent devant les bus en partance pour le reste du pays, où il n’y a pas de confinement, mais un couvre-feu à 18 heures. Emmanuel Tuyizere a été temporairement renvoyé de son poste d’agent de sécurité. Il va rejoindre sa famille dans l’ouest du pays.

« Nous ne sommes pas content de cette décision. Moi, comme tous ces jeunes que vous voyez autour de moi, nous sommes venus faire de l’argent à Kigali pour peut-être par exemple pouvoir acheter une vache pour nous assurer un futur confortable. Mais ça, là, ça nous décourage », estime-t-il.

Bonne décision du gouvernement

Aux quatre coins que la gare, des policiers encadrent les derniers départs avant l’arrêt des transports entre la capitale et le reste du pays. Clémentine Tumukunde, couturière, considère que le gouvernement a pris la bonne décision pour stopper le virus, mais elle préfère elle aussi passer les prochaines semaines avec ses proches.  

« Pendant le premier confinement à Kigali, c’était très dur, vraiment pas facile. Je ne veux pas revivre ça. À la campagne je peux cultiver la parcelle, et ma famille et mes amis peuvent m’aider, alors qu’à Kigali personne ne peut me soutenir », assure-t-elle.   

À partir d’aujourd’hui, les habitants de Kigali devront demander une autorisation spéciale à la police, par sms, pour se déplacer hors de leur domicile pour faire leurs courses ou se rendre à la banque. Comme lors du premier confinement, le ministre du gouvernement local a promis des aides aux familles les plus pauvres, sans donner plus de précisions.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail