Burundi: un faucon du régime porté à la tête du parti au pouvoir

Le siège du parti du président au pouvoir, le CNDD-FDD à Bujumbura.
Le siège du parti du président au pouvoir, le CNDD-FDD à Bujumbura. AFP PHOTO/PHIL MOORE
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Au Burundi, le CNDD-FDD s'est choisi ce dimanche un nouveau secrétaire général, en la personne de Révérien Ndikuriyo. Un choix qui vient renforcer la mainmise des faucons du régime sur le pouvoir.

Publicité

Officiellement, l'ancien président du Sénat Révérien Ndikuriyo a été élu ce dimanche à Gitega par les militants du CNDD-FDD, au cours d'un congrès extraordinaire organisé après une croisade religieuse qui a réuni pendant trois jours tout le gratin du parti au pouvoir, notamment pour demander à Dieu de les aider à choisir, le jour J, un « leader éclairé ».

En réalité, la messe était déjà dite depuis longtemps. Le futur secrétaire général du parti avait été désigné du vivant de l'ancien président Pierre Nkurunziza, il y a un peu plus d'un an. Et ce choix s'est fait dans le cercle très fermé des généraux issus de l'ancienne rébellion au pouvoir, qui contrôlent désormais tous les postes-clés au Burundi, selon des sources internes.

« C'est un mauvais signal, que ce soit sur le plan du dialogue inter-burundais ou de l'ouverture politique », s'est inquiété un diplomate en poste à Bujumbura, en rappelant que Révérien Ndikuriyo est connu pour ses prises de position que ses détracteurs qualifient d'« extrémistes ».

Âgé de 50 ans, ce chef historique de l'ex-rébellion hutue aujourd'hui au pouvoir cultive l'image d'un nationaliste pur et dur ne parlant jamais ni français ni anglais. Révérien Ndikuriyo est classé parmi les faucons du régime CNDD-FDD.

Le président Évariste Ndayishimiye, lui, a pris le titre de président du Conseil des sages, véritable n°1 du parti au pouvoir.

► À lire aussi: Burundi: le général Évariste Ndayishimiye déclaré vainqueur, l’opposition conteste

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail