REPORTAGE

Centrafrique: les activités des populations perturbées par l’insécurité

Installation des réfugiés pour la nuit à l'Eglise sur le site de la cathédrale de Bouar, en Centrafrique, le 22 janvier 2021.
Installation des réfugiés pour la nuit à l'Eglise sur le site de la cathédrale de Bouar, en Centrafrique, le 22 janvier 2021. © Charlotte Cosset / RFI
Texte par : RFI Suivre
3 mn

En Centrafrique, la ville de Bouar, dans l'est du pays, a été le théâtre de violents affrontements les 9 et 17 janvier. L’arrivée d’éléments armés de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC) en ville crée de l’insécurité et bloque une partie des activités économiques. Quelques commerces sont ouverts dans la ville néanmoins et les liquidités circulent difficilement, ce qui a des conséquences sur le quotidien des populations.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à Bouar, Charlotte Cosset

Il est aujourd’hui quasiment impossible de recevoir de l’argent à Bouar, dans l'est de la Centrafrique. « Toutes les opérations bancaires et les commerces sont paralysés parce qu’il y a de l’insécurité, explique Josué Sossor, secrétaire général de la préfecture de la Nana-Mambéré. Et ils sont poursuivis donc ils ne peuvent pas ouvrir leurs portes. Depuis le salaire de décembre et jusque-là, les fonctionnaires n’ont pas eu leurs salaires. C’est la difficulté à laquelle nous pensons en ce moment : comment ils vont joindre les deux bouts pour finir le mois qui vient ».

La radio Siriri se retrouve face à la même difficulté. Martial Wago, le directeur, ne peut pas payer ses seize employés. « Pour fonctionner comme d’habitude, c’est difficile parce qu’on ne sait pas quoi faire, explique-t-il. Aucune recette à la radio. Tout ce qu’on a, c’est 10 000 francs CFA (15 euros). Ce qui fait que cela pose un problème. Et surtout cela fait que pour le mois on n'a rien reçu. On ne sait pas comment payer pour le mois de février ».

Centrafrique: les nuits tourmentées des déplacés de Bouar

Ces deux amis qui travaillent dans une entreprise de BTP sont venus boire une bière mais aujourd’hui, ils ne paieront pas. « Toutes les banques ici sont fermées. Tout est bloqué. Comme c’est un endroit habituel et qu'on vient souvent prendre une bière ici, on nous a donnés une bière par rapport à la situation, déclarent-ils. C’est à crédit ».

Malgré la circulation difficile des liquidités, les commerces rouvrent doucement dans la ville. Dans un communiqué publié ce mardi 26 janvier, Médecins sans frontières (MSF) alerte sur la situation des déplacés de Bouar. Le Haut commissariat aux réfugiés (HCR)  compte plus de 8000 déplacés qui vivent dans des conditions extrêmement précaires. MSF, actuellement l’un des seuls acteurs humanitaire sur le terrain, appelle à une réponse humanitaire « efficace et coordonnée ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail