Centrafrique: comment expliquer le rapprochement du président Touadéra avec le Tchad?

Quatre chefs d'Etat sur 11 pays membres ont participé à ce 8e sommet extraordinaire de la CEEAC: Faustin Archange Touadéra (G) de Centrafrique, Idriss Deby du Tchad, Ali Bongo qui accueille le sommet et Paul Kagame du Rwanda. (Image d'illustration)
Quatre chefs d'Etat sur 11 pays membres ont participé à ce 8e sommet extraordinaire de la CEEAC: Faustin Archange Touadéra (G) de Centrafrique, Idriss Deby du Tchad, Ali Bongo qui accueille le sommet et Paul Kagame du Rwanda. (Image d'illustration) Joel TATOU / AFP

Les autorités centrafricaines multiplient ces derniers jours les messages d’apaisement vis-à-vis du Tchad. Dernier épisode en date, un communiqué diffusé mardi par le gouvernement pour rassurer sur ses bonnes relations avec son voisin. Comment expliquer cette volonté affichée de rapprochement ? Explications.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à Bangui, Florence Morice

Il y a d’abord eu cette visite lundi dernier du président de l’Assemblée nationale de la Centrafrique à Idriss Deby, suivie le lendemain d’un communiqué du gouvernement. Avec chaque fois le message même : Bangui dément avoir accusé son voisin d’être responsable de la présence de mercenaires « d’origine tchadienne » au sein de la rébellion qui agite le pays.

Tout cela n’est que « rumeurs » et « manipulations » pour ternir la relation entre deux pays « frères », explique-t-on à Bangui. Ce souci d’afficher soudain une parfaite entente, tranche avec la méfiance réciproque souvent exprimée en coulisses par les autorités de ces deux pays, mais cela s’explique par le « contexte », selon des sources diplomatiques.

La Centrafrique a récemment demandé l’appui de ses voisins pour lui envoyer des renforts combattre la rébellion. L’Angola serait sur les rangs pour envoyer des troupes, mais « pose ses conditions », explique un diplomate, notamment que Bangui « aplanisse ses relations avec ses voisins ». « Le président Touadéra ne peut pas se passer d’un poids lourd tel que le Tchad pour rétablir la paix », abonde un autre diplomate.

D’autant qu’il est déjà en délicatesse avec son voisin congolais Denis Sassou-Nguesso, actuellement à la tête de la CEEAC, la Communauté économique des États de l'Afrique centrale. Ce qui a sérieusement freiné jusqu’à présent le processus de désignation d’un médiateur régional dans le pays.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail