RDC: le rapport de l’informateur assure qu'il y a une large majorité pour l’Union sacrée de Tshisekedi

Modeste Bahati Lukwebo a remis jeudi son rapport au chef de l’État, Félix Tshisekedi. Il a assuré que la nouvelle majorité représentée par l’Union sacrée totalise 391 députés sur 500 qui siègent à l’Assemblée.
Modeste Bahati Lukwebo a remis jeudi son rapport au chef de l’État, Félix Tshisekedi. Il a assuré que la nouvelle majorité représentée par l’Union sacrée totalise 391 députés sur 500 qui siègent à l’Assemblée. Sumy Sadurni / AFP

En République démocratique du Congo, l’informateur et ancien ministre Modeste Bahati Lukwebo a remis, jeudi 28 janvier, son rapport au chef de l’État, Félix Tshisekedi. Il a assuré que la nouvelle majorité représentée par l’Union sacrée totalise 391 députés sur 500 qui siègent à l’Assemblée. Une ultra-majorité pour le président Tshisekedi, mais les négociations sont loin d’être terminées.

Publicité

Avec notre correspondante à Kinshasa, Sonia Rolley

391 députés pour l’Union sacrée, cela en laisse 109 pour l’opposition représentée par le Front commun pour le Congo (FCC) de l’ancien chef de l’État Joseph Kabila et la coalition d’opposition Lamuka, réduite à l’ancien candidat à la présidentielle, Martin Fayulu et l’ancien Premier ministre Adolphe Muzito.

L’Union sacrée, c’est 24 regroupements au total, avec une majorité de transfuges de la coalition pro-Kabila, auxquels s’ajoutent les députés de la coalition présidentielle Cach et ceux des opposants, Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba. Mais le travail est loin d’être terminé.

Quelle clef de répartition ?

Dans le rapport de Modeste Bahati Lukwebo, il n’y a pas, comme il l’explique, la clef de répartition des acteurs de l’Union sacrée au sein du gouvernement: « Il faut attendre que son excellence, monsieur le président de la République, nomme un formateur ou un Premier ministre qui sera chargé de la composition du gouvernement. Mais déjà, comme vous le savez, nous avons une majorité écrasante. Évidemment, composer une équipe gouvernementale n’a jamais été une chose facile. Il y a plusieurs critères dont il faut tenir compte. »

Il y a encore beaucoup d’étapes d’ici à la formation du nouveau gouvernement de l’Union sacrée. Car si le président Tshisekedi a pu faire des promesses, il n’y a pas encore d’accord. Certains acteurs disent n’avoir reçu aucune garantie, d’autres affirment encore hésiter à faire leur entrée au sein du gouvernement.

À lire: RDC: le Premier ministre Sylvestre Ilunga promet de démissionner

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail