Le Vatican s’engage dans la crise au Cameroun anglophone

Le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d'État du Vatican, le 22 août 2017.
Le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d'État du Vatican, le 22 août 2017. AFP - KIRILL KUDRYAVTSEV

Le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’État du Saint-Siège, a entamé jeudi une visite de cinq jours dans le pays qui doit l’emmener notamment à Bamenda, au Nord-Ouest. Ce vendredi, il a été reçu par le chef de l’État Paul Biya au palais présidentiel de l’Unité et a rencontré les évêques du pays au siège de la conférence épiscopale. Venu avec un message de paix, le numéro deux du Saint-Siège compte bien peser pour qu’un véritable dialogue puisse s’amorcer entre Yaoundé et les séparatistes.

Publicité

Avec notre correspondant à Rome, Éric Sénanque

Cela fait plusieurs années que le Vatican suit de près et avec inquiétude la crise dans les provinces anglophones camerounaises. Mais l’impasse de ces derniers mois et l’augmentation de la violence conduisent le Saint-Siège à s’engager directement sur le terrain. En dépêchant son secrétaire d’État sur place, le pape François veut envoyer un message fort de réconciliation et faire en sorte que l’Eglise catholique du Cameroun puisse peser plus dans le processus de paix.

« L’offre de médiation de l’Église catholique a été rejetée et la demande au président de recevoir les évêques est jusqu’ici restée lettre morte » s’est plaint le président de la conférence épiscopale camerounaise Mgr Kome devant le cardinal Parolin, au premier jour de sa visite.

Il se rendra dimanche à Bamenda, chef-lieu de la région du nord-ouest et point d’orgue de son voyage, pour remettre le pallium à l’archevêque local Mgr Andrew Nkea, qui est déjà très engagé localement dans le dialogue entre belligérants. Le pallium est cette écharpe de laine qui symbolise l’union des archevêques avec le pape, manière de prouver que François reste très attentif à cette province.

C’est non loin de Bamenda qu’en novembre dernier le cardinal Christian Tumi, l’archevêque émérite de Douala, très engagé lui aussi pour la paix, avait été brièvement enlevé par des séparatistes ambazoniens, une prise d’otage qui avait provoqué la stupeur à Rome. Le cardinal Parolin sera de retour au Vatican le 3 février prochain.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail