Centrafrique: le parti de l'opposant Dologuélé maintient sa participation aux législatives

Un convoi de la Minusca longe une affiche électorale de l'opposant Anicet-Georges Dologuélé, à Bangui, le 25 décembre 2020.
Un convoi de la Minusca longe une affiche électorale de l'opposant Anicet-Georges Dologuélé, à Bangui, le 25 décembre 2020. AFP - ALEXIS HUGUET

Coup de théâtre au sein de la COD-2020 en Centrafrique. L’URCA, le parti d’Anicet Georges Dologuélé fait savoir dans un courrier qu’il présentera bien des candidats au second tour des législatives et pour les élections partielles à venir. La veille, la coalition de l’opposition à laquelle il appartient avait pourtant annoncé suspendre sa participation au processus en dénonçant « un simulacre » électoral, après que la Cour constitutionnel a rejeté la plupart de ses requêtes en annulation pour le 1er tour.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à Bangui, Florence Morice

C’est au cours d’une réunion de son bureau politique que l’URCA a pris sa décision : maintenir ses candidats pour la suite des législatives. « Certes nous dénonçons les irrégularités qui ont marqué le premier tour. Mais pour défendre nos idées, il nous faut être présent à l’Assemblée », explique Wilfriedo Mescheba l’un des porte-parole d’Anicet Georges Dologuélé.

Au sein de la coalition de l’opposition, l’URCA est le parti qui s’en est le mieux tiré lors du premier tour :  2 candidats élus, et 3 en ballotage favorable tour le second tour. Surtout, le parti a encore 47 candidats en lice pour les élections partielles à venir, dont Anicet Georges Dologuélé lui-même, candidat à Bocaranga. Et ce, à la différence du porte-parole de la COD-2020 Nicolas Tiangaye, et de son actuel président Mahamat Kamoun, tous deux éliminés dès le premier tour.

A lire aussi : Législatives en Centrafrique: la coalition de l'opposition se retire du processus électoral

L’annonce du parti d’Anicet Georges Dologuélé, a jeté le trouble mercredi soir au sein de la coalition. « La décision de se retirer des législatives a été prise à l’unanimité, et en présence du vice-président de l’URCA » fait valoir Nicolas Tiangaye.

Les dissensions au sein de la COD-2020 ne sont pas nouvelles, mais c’est la première fois que l’URCA s’en dissocie ouvertement. La coalition doit tenir une réunion ce matin. Anicet Georges Dologuélé n’y assistera pas, explique son porte-parole, mais se fera représenter.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail