Sénégal: Diary Sow fait son retour sur les réseaux sociaux pour la promotion d'un roman

La «disparition» de Diary Sow en France avait suscité une forte mobilisation. (image d'illustration)
La «disparition» de Diary Sow en France avait suscité une forte mobilisation. (image d'illustration) AFP - -

Diary Sow n’est pas réapparue physiquement, mais virtuellement cette semaine en faisant la promotion de son deuxième livre sur les réseaux sociaux. La « disparition » –qui s’est avérée volontaire- en France de cette brillante étudiante le mois dernier avait suscité une intense mobilisation.

Publicité

Avec notre correspondante à Dakar, Charlotte Idrac

Sacrée « meilleure élève du Sénégal », inscrite en prépa scientifique au prestigieux lycée Louis le Grand à Paris, Diary Sow est aussi auteure d’un roman publié en janvier 2020, Sous le visage d’un ange.  Et c’est en faisant la promotion de son deuxième livre qu’elle a refait surface sur les réseaux sociaux. 

Dans un clip vidéo de trois minutes diffusé sur le compte Instagram de Diary Sow –désormais certifié-, une voix féminine donne un aperçu de son nouveau roman, intitulé Et les masques tombent !, l’histoire d’une « adolescente au passé douloureux » qui fuit son domicile familial. 

Soulagement et admiration pour les uns. Coup de pub, pour les autres. Elle n’évoque pas sa fugue qui a ému tout le pays. Mais dans les commentaires qui accompagnent le clip, Diary Sow publie ensuite quelques « éclaircissements ».

« Cette vidéo, née dans une heure ‘oisive’, dans une période trouble, vous a mené à des conclusions parfois erronées », écrit l’auteure, qui souligne avoir achevé l’écriture du roman « bien avant tous ces événements ».

Et de poursuivre : « Reprendre l’écriture, (…) rien que pour donner un message d’espoir, de renouveau peut-être. Il faut que bien que j’avance ». Diary Sow affirme aussi que l’histoire est « entièrement fictive », les « ressemblances avec la situation actuelle ne sont que pures coïncidences ».

Diary Sow a donc fait le choix de s’exprimer par écrit. Beaucoup espéraient la voir, ou l’entendre. Dans un message lors de sa réapparition il y a deux semaines, son mentor et parrain, le ministre de l’Eau, affirmait : « elle a besoin de sérénité ».

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail