Madagascar: l'opposition rassemble ses partisans

Environ 5000 partisans de l'opposition se sont rassemblés à Imerinkasinina, village à une heure de la capitale, Antananarivo.
Environ 5000 partisans de l'opposition se sont rassemblés à Imerinkasinina, village à une heure de la capitale, Antananarivo. © Laetitia Bezain/RFI

 Madagascar, ils sont environ 5000 samedi 6 février à avoir répondu à l'appel des leaders du RMDM, la plateforme politique de l'opposition qui regroupe une vingtaine de partis dont le TIM de l'ancien chef de l'État, Marc Ravalomanana et le HVM du président sortant Rajaonarimampianina. Certains minibus de partisans ont été empêchés par les gendarmes et les policiers de continuer leur chemin vers Imerinkasinina, le lieu de rendez-vous.

Publicité

Avec notre correspondante à Antananarivo,

Située à une heure de la capitale, la colline d'Imerinkasinina est le fief de l'ancien chef d'Etat Marc Ravalomanana. Sur la route qui y mène, ils sont un peu plus d'une centaine à continuer le chemin à pied après que leurs minibus ont été immobilisés par les forces de l'ordre à six kilomètres du lieu de rassemblement. Parmi eux, Holy :

« Les gendarmes ont dit au chauffeur de faire descendre tout le monde rapidement parce qu'il n'a pas d'autorisation spéciale pour circuler mais pour moi c'est juste un moyen de nous empêcher d'aller à l'excursion de l'opposition. »

C'est la première fois que l'opposition rassemble autant de membres dans un même lieu depuis l'élection du président Andry Rajoelina. Elle s'était faite plutôt discrète jusqu'ici. Le meeting a engendré un déploiement important de forces de l'ordre dans la capitale et ses environs.

Si la plupart des participants sont des fidèles de longue date du parti TIM, certains sont des déçus du régime comme Romain, retraité. « J'ai voté pour le président actuel mais je sens obligé de venir ici pour m'exprimer. Rien n'est maîtrisé, surtout la hausse des prix des produits de première nécessité. Il promet des choses qu'il ne réalise pas. Ce n'est pas que le prix du riz qui augmente mais tous les produits de première nécessité. Je prends un médicament régulièrement, il a augmenté de 2200 ariary en un mois ! »

Marc Ravalomanana absent

« En ce moment, presque tout le monde est pauvre, explique pour sa part Christine, 56 ans. Moi je suis commerçante de rue mais je n'arrive plus à vendre. C'est la crise et je suis en faillite. Je peine même à trouver de quoi manger. Je suis venue ici pour être en union avec les autres. Les autorités pensent qu'on veut manifester mais non, nous sommes là pour la solidarité. »

Sur l'estrade les discours des leaders de l'opposition font ressortir les difficultés sociales et économiques du pays : chômage, inflation ou encore insécurité. Marc Ravalomanana, très attendu par ses partisans, n'a pas pu faire le déplacement, leur explique-t-il au téléphone

« Il y a des forces de l'ordre devant chez moi. Je sens que je suis empêché de venir. Mais quelque soit les obstacles, nous ne sommes pas vaincus. Le moment va venir où on pourra parler directement. »

Contactée, la gendarmerie indique que « les forces de l'ordre ont été prépositionnées dans les zones où il pourrait y avoir des troubles » mais que l'ancien Président « n'a pas été empêché de sortir de chez lui ».

Concernant les minibus loués par la plateforme de l'opposition et arrêtés par les forces de l'ordre, le général Jeannot Reribake, directeur général de l'Agence des transports terrestres (ATT) indique que « ces bus ont une licence pour desservir une ligne bien déterminée. À partir du moment où un de ces bus prend un itinéraire qui n'est pas mentionné dans cette licence d'exploitation, il doit faire la demande d'une autorisation spéciale à l'Agence des transports terrestres avec la liste nominative des passagers et l'itinéraire. Une seule coopérative est venue à l'ATT pour faire cette demande pour aller à Imerinkasinina et on lui a donné. Ce n'est pas nous qui n'avons pas donné les autorisations mais ce sont certaines coopératives qui n'ont pas fait la demande. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail