Des eurodéputés s’insurgent contre la reprise du dialogue entre l’UE et le Burundi

Le Parlement européen en session plénière à Bruxelles. Ici le 23 juillet 2020.
Le Parlement européen en session plénière à Bruxelles. Ici le 23 juillet 2020. REUTERS/Francois Lenoir

En ligne de mire de ce dialogue politique, une éventuelle suspension des sanctions qui pèsent contre Gitega depuis 2016.

Publicité

Les parlementaires européens ont exprimé leur scepticisme dans une lettre adressée au Haut représentant pour les Affaires étrangères de l'UE.

► Lire aussi : Le Burundi et l'UE entament un dialogue concernant la levée des sanctions

Parmi eux, la députée européenne Marie Arena, qui rappelle que les accords de Cotonou exigent des garanties concrètes de la part de l’État partenaire, en matière de respect des droits de l’homme avant toute reprise du dialogue.

La situation au Burundi est toujours inquiétante. On a toujours une vraie interdiction de liberté d'expression, que ce soit au niveau des médias mais aussi au niveau des ONG qui sont pour la plupart en exil. On a également des prisonniers politiques [...] et des déplacés [...] Il y a des conditions à la reprise du dialogue avec les Burundais.

Marie Arena, députée européenne (PS)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail