OMC: vers une nomination de la Nigériane Ngozi Okonjo-Iweala à la tête de l’organisation

La candidate nigériane à la présidence de l'OMS, Ngozi Okonjo-Iweala le 15 juillet 2020 à Genève.
La candidate nigériane à la présidence de l'OMS, Ngozi Okonjo-Iweala le 15 juillet 2020 à Genève. Fabrice COFFRINI AFP

L’Organisation mondiale du commerce devrait avoir pour la première fois une femme à sa tête. En effet, plus rien ne s’oppose à voir la Nigériane Ngozi Okonjo-Iweala nommée à la direction générale de l’organisation. Sa concurrente, la ministre sud-coréenne du Commerce Yoo Myung-hee s'est retiré en fin de semaine et Washington a donné son feu vert vendredi.

Publicité

La voie est libre pour Ngozi Okonjo-Iweala. La Nigériane est désormais seule en lice pour la direction générale de l'OMC. Sa concurrente, la ministre sud-coréenne du Commerce, Yoo Myung-hee a retiré sa candidature vendredi. Et dans la foulée, c'est la Maison Blanche qui a donné sa bénédiction.

L'arrivée de Joe Biden a tout changé. L’ex-président des États-Unis Donald Trump, hostile à l’OMC, bloquait la désignation de la Nigériane. Une nomination qui nécessite le consensus des 164 pays membres. L'administration Biden a désormais apporté « son soutien appuyé ».

La route est donc dégagée pour Ngozi Okonjo-Iweala. En plus d'être la première femme à la tête de l'OMC, elle serait la première directrice générale originaire d'Afrique.  Elle ne crie pas victoire pour autant et souligne que « l'OMC doit se concentrer sur la pandémie de Covid-19 et la reprise économique mondiale ». En octobre dernier, elle avait indiqué l’une de ses priorités : rebâtir l'organe de règlement des différends -le tribunal de l'OMC- torpillé par l'administration Trump.

Sa nomination officielle pourrait intervenir avant la prochaine réunion du Conseil général de l’OMC prévue le 1er mars prochain.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail