Bénin: la Céna valide trois tickets présidentiels, exclut deux figures de l'opposition

Un agent de la Cena-Bénin en place lors du dépouillement des voix exprimées dans un bureau de vote de Cotonou, le 28 avril 2019 (photo d'illustration).
Un agent de la Cena-Bénin en place lors du dépouillement des voix exprimées dans un bureau de vote de Cotonou, le 28 avril 2019 (photo d'illustration). AFP/Yanick Folly
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Huit jours après la clôture du dépôt des dossiers, la Commission électorale autonome (Céna) a publié la liste provisoire des candidats. Les deux grandes figures de l’opposition ont été recalées faute de parrainages. Trois tickets présidentiels sur 20 sont validés, dont le dossier du président Talon candidat à sa propre succession.

Publicité

Avec notre correspondant à Cotonou, Jean-Luc Aplogan

La Céna a validé trois duos dont celui du président Talon, avant d’ouvrir la séquence des dossiers rejetés. « Les candidatures des personnes ci-après on fait l’objet de rejet. Il s’agit de, candidate Reckya Madougou, candidat Joël Aïvo », a déclaré Emmanuel Tiando, président de la Céna.

Ces deux grandes figures de l’opposition radicale appartiennent au parti Les Démocrates et à la plateforme Restaurer la démocratie. Leurs dossiers sont rejetés pour « absence d’au moins 16 parrainages d’élus conformément au code électoral ».

Comme si elle connaissait déjà le sort réservé à son dossier, la candidate désignée des Démocrates a déclaré juste avant la publication de la liste provisoire que « Patrice Talon n’aime pas la compétition ». Joël Aïvo, lui, a réagi sur Facebook, estimant que « le président sortant a décidé de ne prendre aucun risque et a refusé la compétition aux candidats capables de le battre dans les urnes »

Jeudi, le camp Talon a révélé avoir réservé un quota de 17 parrainages aux Démocrates mais le président du parti aurait décliné l’offre.

Les anti-Talon murmurent déjà qu’il n’y aura pas match le 11 avril, en face les proches du pouvoir relèvent que les deux autres tickets validés sont le duo FCBE, dit de l’opposition, et le ticket d’un vice-président des Démocrates qui a décidé d’y aller seul.

Une possibilité de recours devant la Cour constitutionnelle s'offre aux candidatures recalées.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail