Présidentielle au Congo-B.: la Cour constitutionnelle valide sept candidatures

Le président Denis Sassou-Nguesso dans son bureau de vote de Brazzaville, le 20 mars 2016.
Le président Denis Sassou-Nguesso dans son bureau de vote de Brazzaville, le 20 mars 2016. MARCO LONGARI / AFP

Au Congo-Brazzaville à la présidentielle du 21 mars dont celui du président sortant Denis Sassou Nguesso qui cumule 36 ans à la tête du pays. Mais elle a rejeté hier la candidature de l’opposant Michel Mboussi Ngouari, pour n’avoir pas répondu à certains critères.

Publicité

Avec notre correspondant à Brazzaville, Loïcia Martial

Parmi ces critères, selon la Cour, des documents manquants, notamment un certificat médical délivré par les médecins assermentés et une déclaration de moralité fiscale. La Cour constitutionnelle a également relevé une incohérence entre la signature apposée au bas de sa déclaration de candidature et le spécimen de celle produite au dossier.

Elle a en revanche retenu le dossier du président Denis Sassou Nguesso qui, à 77 ans, va briguer un quatrième mandat. Il a promis récemment d’organiser l’élection dans la paix et la transparence. Mais les évêques quant à eux émettent de sérieuses réserves sur la transparence du scrutin.

Le 21 mars, le président sortant aura pour adversaire Mathias Dzon, son ancien ministre des Finances entre 1997 et 2002. Auréolé par sa deuxième place occupée lors de la présidentielle de 2016, l’opposant Guy-Brice Parfait Kolélas sera également de la partie. Tout comme le député et deuxième secrétaire de l’Assemblée nationale Joseph Kignoumbi Kia Mboungou.

Les noms de l’ancien officier de l’armée Albert Oniangué, de l’inspecteur des douanes Anguios Nganguia Engambé et de Dave Mafoula, 38 ans, figurent sur la liste des candidats retenus.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail