Bénin: indignation des requérants après la décision de la Cour constitutionnelle

Une vue de Cotonou, la capitale du Bénin (Image d'illustration)
Une vue de Cotonou, la capitale du Bénin (Image d'illustration) AP - Salako Valentin

Au Bénin, la décision de la Cour constitutionnelle, qui a rejeté tous les recours des candidats recalés par la Céna faute de parrainage, n’est pas du tout du goût des requérants. Ils ont aussitôt pris la parole pour la condamner. Même si les décisions de la juridiction chargée du contentieux électoral sont sans recours, les requérants déboutés veulent se battre jusqu’au bout.

Publicité

Avec notre correspondant à Cotonou, Jean-Luc Aplogan

Malgré ses arguments, la haute juridiction du Bénin ne convainc pas. Le parti de l’ancien président Boni Yayi a préparé, juste après la décision de la Cour constitutionnelle, une déclaration. « Nous avons porté un recours auprès de la Cour constitutionnelle qui a manqué une fois encore l’occasion d’entrer dans l’histoire politique de notre pays. Nous ne baisserons jamais les bras tant qu’il s’agira de défendre les principes de démocratie et d'équité dans ce pays », indique-t-il dans ce texte lu par Patrick Djivo, colistier de la candidate du parti.

Le jeune parti pour l’engagement et la relève PER rumine regrets et incompréhension. Son président, Nathanaël Koty, rappelle que le président Talon avait promis une fête de la démocratie. Une promesse non tenue selon lui : « Le chef de l’État lui-même nous a promis, à toute la classe politique des élections inclusives, il l’a réitéré devant l’Assemblée nationale de notre pays. Nous ne sommes pas satisfaits et nous comptons poursuivre les actions légales pour nous faire entendre. Il vaut mieux perdre du temps pour avoir le consensus et bien faire les choses que d’être pressé ».

La Cour constitutionnelle publiera la liste définitive des candidats dans trois jours. Jeudi, ce sont les trois tickets présidentiels validés par la Commission électorale qui ont été autorisés à passer la visite médicale.

Il reste donc sur la table la demande urgente d’une loi dérogatoire pour supprimer les parrainages, requête de Joël Aivo, constitutionnaliste et candidat du front pour la restauration de la démocratie. Une proposition sur laquelle l’exécutif et le Parlement ne se sont pas encore prononcés.

► À (ré)écouter: [Vos réactions] Présidentielle au Bénin: polémique autour des parrainages

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail