Algérie: Amnesty revient sur la répression du Hirak, deux ans après

La contestation avait débuté le 16 février 2019 mais c’est le 22 février que la mobilisation s’était étendue jusqu’à Alger, la capitale.
La contestation avait débuté le 16 février 2019 mais c’est le 22 février que la mobilisation s’était étendue jusqu’à Alger, la capitale. AFP
Texte par : RFI Suivre
5 mn

Le mouvement du Hirak fête aujourd’hui son 2e anniversaire. Mais si ce soulèvement populaire a entraîné le départ d’Abdelaziz Bouteflika, le système lui n’a pas bougé. Le président Abdelamadjid Tebboune a certes décidé jeudi dernier de gracier des détenus d’opinion, la répression contre les manifestants du Hirak s’était accentuée ces derniers mois. Comme le décrit Amnesty International dans un rapport que l’ONG publié ce lundi.

Publicité

A son arrivée au pouvoir Abdelmadjid Tebboune a eu beau annoncer qu’il était ouvert au dialogue avec le mouvement Hirak, « les autorités ont continué », écrivent les auteurs du rapport, « à réprimer la dissidence et ont poursuivi des dizaines de manifestants ».

Le Comité national pour la libération des détenus a recensé au moins 2 500 manifestants arrêtés depuis février 2019. Parmi eux, 350 ont été détenus pendant une semaine ou plus et 76 étaient encore en prison jusqu’à ces derniers jours.

« Depuis le début du mouvement, les autorités ont recouru à l’arrestation et à la détention arbitraires de manifestants pacifiques, de journalistes et de cybermilitants pour tenter de les intimider et de les dissuader », dénonce Amnesty International qui a recensé trois cas de torture et de mauvais traitement.

Après l’arrêt des grandes marches du Hirak au printemps 2020, le pouvoir algérien s’est attaqué aux contenus en ligne, pointe l’ONG qui a documenté le cas de 73 personnes, poursuivies ces cinq derniers mois, pour avoir publié principalement via Facebook des messages critiques envers les autorités.

À lire aussi : en Algérie, malgré le Covid-19, le mouvement de contestation Hirak résiste 

Des messages qui, précise le rapport, ne comportaient aucun appel à la violence ou à la haine. Malgré cela, certains militants ont été condamné à de longues peines comme Dalila Touat, enseignante et militante des droits des travailleurs et chômeurs de Mostaganem (nord-ouest), qui a écopé de 18 mois de prison en janvier dernier. 

Amnesty International accuse également les autorités d’avoir intensifié depuis mars 2020 leur censure des médias en ligne, en bloquant au moins 16 sites d’information indépendants.

Plusieurs militants du Hirak, dont Dalila Touat, et des journalistes comme Khaled Drareni, devenu le symbole du combat pour la liberté de la presse en Algérie,ont été libérés vendredi à la faveur d'une grâce présidentielle prononcée la veille par le président Tebboune

À lire aussiLe journaliste Khaled Drareni: «Je vais revenir à ce formidable métier que j’exerce depuis 15 ans»

Il y a tout un système qui sous-tend cette répression et qui se manifeste par le caractère généralisé et répandu des poursuites contre les manifestants pacifiques ou les activistes qui s’expriment en ligne. Il y a aussi un harcèlement judiciaire contre eux. On a vraiment l’impression qu’aucun type de critique ou de dissidence n’est permis ou toléré en Algérie.

Amna Guellali, directrice régionale adjointe d’Amnesty International pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail