Sénégal: l'immunité d'Ousmane Sonko levée, ses soutiens prévoient de manifester

Session de l'Assemblée nationale sénégalaise à Dakar, le 4 mai.
Session de l'Assemblée nationale sénégalaise à Dakar, le 4 mai. RFI/Guillaume Thibault

Au Sénégal, l’immunité parlementaire de l’opposant politique Ousmane Sonko a été levée par l’Assemblée nationale le vendredi 26 février. Au total, 98 députés ont voté pour, un contre et deux se sont abstenus. L'opposant politique et leader du parti Pastef (les Patriotes) est accusé de viol avec menace par une employée d’un salon de massage. Lui dénonce un complot politique et une « procédure illégale ». 

Publicité

Avec notre correspondante à Dakar, Théa Ollivier

Le vote de l’Assemblée nationale n’a pas surpris hier vendredi 26 février. L’immunité d’Ousmane Sonko a été levée après deux heures de débats houleux.

Les députés de l’opposition ont même quitté la salle avant le vote, dénonçant une procédure « illégale » et « viciée ». Ils critiquent le fait de ne pas avoir eu suffisamment d’éléments pour décider « en pleine conscience » de la levée ou non de l’immunité du député accusé de viol. 

La journée a aussi été marquée par l’absence des journalistes à l’intérieur de l’Assemblée nationale réunie en plénière. Une députée, Mame Diarra Fam, a donc filmé et retransmis les débats en direct sur les réseaux sociaux. 

Du côté de la majorité, on se félicite que l’Assemblée permette à Ousmane Sonko de faire face à la justice pour éclaircir les faits. 

La plaignante a déjà été entendue par le juge d’instruction. Désormais, l’opposant politique pourrait être convoqué à son tour, mais il a d'ores et déjà annoncé il n’y répondrait pas. 

Alors qu’une nouvelle page judiciaire se tourne, des manifestations de soutien à Ousmane Sonko sont déjà prévues la semaine prochaine. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail