Afriland en RDC: levée de bouclier internationale après la condamnation à mort des lanceurs d'alerte

La banque Afriland First Bank CD, à Kinshasa.
La banque Afriland First Bank CD, à Kinshasa. © RFI / Sonia Rolley

Le Bureau conjoint des Nations unies aux droits de l’ONU se dit très préoccupé par la condamnation à mort des deux lanceurs d’alerte d’Afriland First Bank CD. Les lanceurs d’alerte doivent être protégés et non persécutés, dit le BCNUDH. Les États-Unis et la Belgique disent partager sa préoccupation. Ce jugement rendu le 23 septembre 2020 continue de susciter beaucoup de questions.

Publicité

Le jugement qu'ont présenté à certains médias locaux les avocats d’Afriland First Bank CD fait 25 pages, il porte le tampon et la signature du greffe. On y lit que les deux lanceurs d’alerte ont été condamnés pour cinq chefs d’inculpation, dont faux et usage de faux. C'est l'un de leurs arguments pour affirmer que les accusations dont fait l'objet la banque sont fausses.

Mais l’avocat congolais de l’ONG PPLAAF, qui soutient les lanceurs d’alerte, dit s’être rendu au greffe. Le jugement, certifié conforme qu'il y a trouvé, fait une page de moins. Dans ce document, les lanceurs d’alerte ne sont, par exemple, pas reconnus coupables de faux en écriture et usage de faux. En revanche, pour ce qui est de la condamnation à mort, les deux documents sont identiques.

Les juges ont considéré que les actes commis par les deux lanceurs d’alerte étaient constitutifs d’une infraction à la sécurité publique dans le but d’attenter aux personnes et aux propriétés. Une infraction passible de la peine de mort. Ils sont donc condamnés plus lourdement que s'ils avaient fait partie d’une bande armée. Dans ce cas, seul le chef aurait pu être condamné à mort. Tout autre participant aurait risqué de 10 à 15 ans de prison.

Autre élément qui montre la dureté de ce jugement : les deux anciens auditeurs sont condamnés à quatre ans de prison pour la violation du secret professionnel quand le Code pénal prévoit une peine maximale de six mois.

► L'enquête sur le dossier Afriland First Bank CD est à lire ici

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail