Gabon: le gouvernement défend sa politique face à l’épidémie de Covid-19

Personnel de santé pratiquant un test salivaire au Covid-19 à Libreville, au Gabon.
Personnel de santé pratiquant un test salivaire au Covid-19 à Libreville, au Gabon. AFP - STEEVE JORDAN

Au Gabon le principal syndicat des médecins a interpellé le président Ali Bongo pour se plaindre d’un déficit d’oxygène, d’un manque de scanners et de laboratoires pour prendre en charge les patients frappés par la pandémie du Covid-19, mercredi 3 mars.Le ministre de la Santé s'en est défendu.

Publicité

Avec notre correspondant à Libreville, Yves Laurent Goma

Le ministre de la Santé, Guy Patrick Obiang Ndong a réagi vendredi 5 mars, estimant que « le gouvernement fait tout ce qu’il peut pour pouvoir assurer la prise en charge des personnes contaminées par le Covid-19 ».

►À lire aussi Covid-19 au Gabon: découverte d’un cas du variant britannique

« Il s’agit d’une crise sanitaire qui a surpris le monde entier et qui, aujourd’hui, met en difficulté tous les systèmes sanitaires, même les plus performants. Nous faisons ce que nous pouvons. Nous avons plus de guérisons que de décès », dit-il.

« Pas de problèmes de prise en charge »

Il y a certainement « quelques difficultés, comme partout ailleurs », a-t-il reconnu. Guy Patrick Obiang Ndong poursuit : « On sait que la situation sanitaire de certaines structures est quand même un petit peu difficile, mais l’Etat s’emploie à ce que la prise en charge des patients se fasse correctement. Il n’y a pas de manque d’oxygène au niveau du CHUL (Centre hospitalier universitaire de Libreville). Il n’y a pas de problèmes de prise en charge des personnes au niveau du CHUL. Il y a plus de patients qui aujourd’hui sortent en forme, après avoir connu des heures difficiles. Nous posons des actes concrets, nous ne sommes pas dans du virtuel ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail